lundi 25 mai 2015

Suite


Bien des chrétiens conscients de leur état deviendraient des promoteurs pour l’œuvre du Seigneur, s’ils laissaient Dieu les délivrer. Il existe une forme apparente de l’orgueil mais aussi une forme cachée. Une personne d’aspect humble peut dissimuler un grand orgueil niché dans ses œuvres. Certains chrétiens se targuent de prier longtemps et jugent les autres. Plus je prie, moins j’ai envie de le dire, car c’est un don du ciel qui n’appelle pas l’admiration.
A ce travers s’ajoute le fanatisme, l’apparence d’une tenue qui se veut spirituelle et qui d’ailleurs ne brille pas toujours de propreté, de netteté. Ces gens-là ajoutent souvent à ce mauvais aspect extérieur la suppression de tout devoir familial ou conjugal. Ils font leur volonté sous le couvert de faire celle de Dieu. Ils sont un mauvais témoignage au travail, dans leur foyer, dans leur entourage. Même s’ils conduisent des âmes à Christ, ils les ‘assassinent’ ensuite ! Matthieu 23 :15.
Ce travers est un lien profond. Il est cousin de l’ascétisme, de la flagellation. Cet orgueil veut, en fait, payer le salut par les œuvres. J’ai connu des gens tellement ‘spirituels’ qu’ils laissaient aux autres les corvées, pour se prélasser dans une certaine passivité.

Dieu est un Dieu d’équilibre.

dimanche 24 mai 2015

…suite


Essayons de voir ensemble les maillons qui constituent cette chaîne. Nous commencerons par celui qui a causé la chute de Satan : l’orgueil. Cet ange si beau Dieu avait créé voulut s’élever au-dessus de son Créateur. Satan fut entraîné loin de Dieu par l’orgueil.
Que nous dit Dieu au sujet de l’orgueil ? Ouvrons le Saint Livre : « Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles » Jacques 4 :6. « Je suis doux et humble de cœur » déclare Jésus (Matthieu 11 :29).

A vue humaine, nous avons l’impression que l’orgueil n’est qu’un mot, mais lorsque nous voyons l’homme orgueilleux à la lumière de la gloire de Dieu, cet homme nous apparaît hideux et insensé de s’approprier ce qui revient au Créateur. L’orgueil est un vol, c’est voler à Dieu sa gloire. L’orgueil empêche d’aller plus loin. On estime être arrivé, donc on n’attend plus rien de Dieu. Un peu de superflu peut-être. L’orgueil est stupide. Il est l’opposé de l’intelligence. L’orgueil est un appui, car l’orgueilleux est souvent complexé. Il n’est pas productif ou très peu. L’orgueilleux le sait et compense ce manque en faisant croire aux autres qu’il est quelqu’un, et lui-même fini par se prendre au sérieux. Dieu est bien loin de cet homme qui s’appuie sur la chair et non sur l’Esprit. Plus les hommes sont bons et humains, plus ils sont humbles. A l’orgueil s’associe la méchanceté. En effet, le diable est méchant. L’orgueil a déclenché en lui la haine. Comment donc un être orgueilleux peut-il aimer et exercer un service d’amour pour Dieu ? C’est pourquoi Dieu dit qu’il résiste aux orgueilleux ou aux méchants.

samedi 23 mai 2015

Il était une fois un méchant roi qui fit appeler l’un de ses sujets, le forgeron de la cour. Il lui demanda de fabriquer une grosse chaîne. L’homme y travailla de son mieux et huit jours après se rendit au palais pour remettre au roi son ouvrage. A sa surprise, le roi fut très mécontent du travail : la chaîne était  trop fine. Le monarque menaçant et furieux, le somma de lui en refaire une plus grosse. L’homme obéit en tremblant et refit l’objet. Huit jours après, il revint auprès du roi, cette fois ravi de son travail. Il avait fait les maillons démesurément plus gros. Le roi fut satisfait, mais réclama une chaîne bien plus longue. Ainsi le brave forgeron travailla nuit et jour pendant des mois pour satisfaire à la demande du roi. Il fallut des aides pour transporter la chaîne. Lorsque le forgeron présenta au roi son travail, celui-ci ricana de satisfaction : c’était parfait, exactement ce qu’il fallait. Avec un regard méchant, le roi ordonna à ses serviteurs de lier le forgeron avec cette longue chaîne, le fit enfermer et le laissa mourir.
Ainsi peut-il en être de nous si nous obéissons aux désirs inspirés par le diable. Il nous lie comme cet homme. Au début, les liens paraissent fins,  mais plus tard, ils nous enlacent si fort que nous ne pouvons plus nous en défaire.

Mais il est un grand Roi, plus grand que tous les autres qui, à notre appel, vient briser la chaîne et nous en libère. Notre seule issue c’est d’appeler JESUS, notre libérateur.

vendredi 22 mai 2015

Suite…



Le fait même qu’une personne sensée se livre brusquement à toutes sortes de désordres prouve qu’elle est la proie d’une puissance mauvaise. Je citerai le cas d’une jeune fille convertie. Un soir, lors d’une réunion de prières, elle fut saisie d’un irrésistible désir de fuir. Cette jeune fille avait des problèmes affectifs et des désirs sexuels auxquels elle cédait souvent. La puissance de Dieu était telle ce soir-là, que les démons qui l’habitaient la poussèrent à fuir afin de ne pas être contraints à sortir d’elle.. Il fallut courir après elle et la retenir à plusieurs hommes. Elle frappait, faisait des bonds sur les lits, voulait enjamber la fenêtre pendant que nous redoublions de ferveur dans la prière. Dès que nous eûmes commandé aux démons de la quitter, l’ennemi se déchaîna en elle plus fortement encore ; il fallut la maintenir pour qu’elle ne se blesse pas. Quelques une des amies présentes entonnèrent un chœur composé du seul Nom de JESUS, pendant que nous chassions les démons. Elle tomba enfin, épuisée par la lutte, mais libérée. Alléluia !
Au début, certains avaient cru à la comédie. C’est ce que les démons veulent nous faire croire pour nous arrêter et nous limiter. Il est important que la personne qui va être libérée sente que nous l’aimons. Pas de jugement ni de dureté. Elle souffre déjà beaucoup à cause du démon qui l’asservit. C’est pourquoi elle doit ressentir en nous cette assurance tranquille qui la sécurise, et l’autorité que nous avons sur les mauvais esprits.
Le ministère de délivrance est avant tout un service d’amour. N’est-il pas affligeant de laisser souffrir nombre de personnes qui seraient libérées si nous les regardions avec amour et foi, comme des êtres humains et non comme des démons ?





jeudi 21 mai 2015

…suite



L’évangéliste TL Osborn raconte dans son livre ‘Guérissant Les malades’ qu’un homme lui amena sa femme pour qu’elle soit délivrée de la puissance du mal qui la tenait liée. Elle ne pouvait assister à sa réunion ; c’est pourquoi elle attendait dans une pièce attenante :
« Alors que je franchissais le seuil, je vis là une très grande et grosse femme, assise sur une chaise, le visage tourné contre le mur. Elle pesait au moins 110 kgs. Dès qu’elle me vit, elle se leva, me regarda avec crainte et dit : Je vous connais, vous. Ils m’ont dit ce matin que je rencontrerai un serviteur de Dieu ». Ses proches étaient étonnés car elle ignorait totalement qu’ils la conduiraient dans une église où un homme prierait pour elle. De plus, elle haïssait tous les rassemblements chrétiens.
Les démons avaient peur et feignaient d’être religieux (Actes 16 :17). « Quand le démon parla ainsi, poursuivit l’évangéliste, l’Esprit du Seigneur réagit en moi avec indignation, et je dis :
-Oui, démons, vous dites la vérité : vous êtes en présence du serviteur du grand Dieu, et je vous adjure au Nom de Jésus-Christ, de sortir de cette femme maintenant, et de la quitter. Sortez, je vous le commande maintenant.
Les démons obéirent, la femme fut immédiatement libérée, pleine de joie et de gratitude envers son mari, pleurant de ce que Dieu avait fait pour elle.
Un leader chrétien très connu a affirmé : « Jamais un réveil n’est survenu dans un pays tant que l’Eglise n’a pas appris à discerner les démons et à les chasser ».

Le Rev. Bosworth disait : « Chaque chrétien peut maîtriser la puissance des ténèbres s’il a reçu une explication claire de l’œuvre des démons et de leur défait au Calvaire ».

mercredi 20 mai 2015

« Le Seigneur nous dit : Dénoue les liens de la servitude, renvoie libres les opprimés » Esaïe 58

Dès le début de ma conversion, le Seigneur m’a donné une profonde compassion pour les malades mentaux. J’allais régulièrement, deux fois par semaine, à l’hôpital psychiatrique de Toulouse visiter les « captifs », au désespoir de ma mère et des anciens de l’église.
Je me souviens d’une fille qui, par les froides journées d’hiver, se trempait constamment la tête dans le lavabo. Pas une parole ne sortait de sa bouche. Que s’était-il passé dans sa vie ? Que pouvions-nous faire pour un tel cas ? AIMER, JEUNER,  DELIER.
Après les visites que je lui fis, elle s’affranchit peu à peu de son mutisme et manifesta même le désir de sortir pour voir ses parents. A cette occasion nous l’amenâmes écouter l’Evangile.
Un jour, une jeune femme me fit appeler. Elle m’expliqua comment elle entendait continuellement des voix. Employée de maison chez un directeur de banque, elle ne pouvait plus assumer sa tâche ; son esprit était constamment troublé, elle était épuisée. Nous lui avons parlé de Jésus mort sur la Croix pour nos péchés et ressuscité pour nous donner une vie nouvelle. Elle accepta que nous priions pour elle. La semaine suivante, j’appris qu’elle avait quitté l’hôpital deux jours après notre visite, entièrement guérie. Elle reprit ses activités chez le banquier et alla écouter l’Evangile.

Cher(e) ami(e) qui lit ces paroles, si tu as un être cher dans l’un de ces hôpitaux, ne désespère pas. Ta foi a le pouvoir de délivrer ce captif…
A suivre…



mardi 19 mai 2015


« Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques un abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure, prescrivant de ne pas se marier, et de s’abstenir d’aliments que Dieu a créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité » 1 Timothée 4 :1-4


Par les deux éléments suivants, l’apôtre Paul nous guide pour reconnaître les doctrines de démons :
-          Le célibat obligatoire
-          L’abstention d’aliments.

D’autre part, toute doctrine qui ne place pas Jésus au premier plan, comme unique Sauveur, n’est pas de Dieu. Jésus est le seul Sauveur. Il est le Fils de Dieu, mort pour nous sur la Croix. Hors de Jésus, il n’y a point de salut. Les sacrifices physiques, les pénitences, le système de réciter des prières, tout ce qui annihile ou remplace le sacrifice de Jésus vient du diable.
« Christ s’est offert une seule fois pour porter les péchés… » Hébreux 9 :28
Certaines personnes disent : ‘Toutes les religions sont bonnes, pourvu qu’on soit sincère’. Non. L’apôtre Pierre dit : « Il n’y a de salut en aucun autre- que Jésus- car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné aux hommes, par lequel nous puissions être sauvés » Actes 4 :12.
Dieu a envoyé Jésus, son Fils, né de la Vierge Marie, pour sauver les hommes : « Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu » Luc 19 :10
Le Sadhou Sundar Singh (Hindou), très pieux dans sa religion, recherchait le salut. C’est alors que Christ se présenta à lui. Jésus est le Sauveur des bouddhistes, des Hindouistes, des musulmans. Nous avons le témoignage qu’à Séoul, en Corée du Sud, en trente ans, plus de 100.000 Coréens ont accepté Jésus.


lundi 18 mai 2015

Voici un témoignage frappant :

Notre enfant était malade depuis dix mois environ ; personne ne parvenait à découvrir la cause de cette maladie. En dépit des remèdes prescrits, son état empirait. On voyait vraiment la puissance du Malin agir dans l’enfant. Nous priâmes beaucoup, sans aucun effet. C’est le Seigneur qui doit nous parler en ce cas, pensai-je. Ma femme disait que le bébé allait mourir, d’autant plus que beaucoup d’enfants mouraient à cette époque-là. Même les croyants perdirent tout espoir et dirent : Ne vous donnez plus de peine ! Car le bébé n’était plus qu’un squelette. Quel épouvantable chagrin pour nous ! Je demandai à Dieu : Seigneur, qu’y a-t-l ? Pourquoi cela ? Et la réponse vint : j’avais lu jadis un article chrétien de Modersohn expliquant que l’interdit (malédiction) est la conséquence des péchés de sorcellerie. Soulagé, je m’étais dit : Cela n’entre pas en ligne de compte pour moi, car je ne me suis fait tirer les cartes que pour rire. La malédiction n’est pas sur nous ! Mais Dieu me fit comprendre que j’avais été léger avec Lui et qu’on ne se moque pas de Dieu impunément.
Je dis à ma femme : l’enfant porte les conséquences de notre péché de jeunesse ! Car
 ma femme aussi s’était laissée persuader de se faire tirer les cartes. Nous nous repentîmes et nous humiliâmes pour nos péchés devant Dieu, et l’état de l’enfant s’améliora.

(Un croyant d’une Assemblée évangélique de Hanovre).

dimanche 17 mai 2015

Beaucoup de chrétiens ont cessé ses pratiques à leur conversion, mais peu ont demandé pardon de les avoir commises. C’est pourquoi certains chrétiens n’avancent pas dans la foi et la compréhension des choses spirituelles. Ce sujet devient déplaisant à bon nombre de personnes. Et pourtant, des localités entières s’embraseraient si les chaînes de ces péchés non confessés tombaient ! Le Saint-Esprit accompagne toujours la confession de sa douce présence. J’ai vu de vieux chrétiens pleurer sur ce péché non confessé et repartir sur de nouvelles bases dans une nouvelle dimension.
Lorsqu’il y a eu un pacte, il faut le rompre. La rupture, c’est la confession.
Un exemple : si vous êtes mariée mais séparée de votre conjoint, vous portez encore son nom bien qu’il ne soit plus votre mari et que vous n’ayez plus de communication avec lui. S’il fait faillite, pourtant vos biens sont saisis parce que vous portez son nom, avec toutes les conséquences que cela implique. Ceci est un exemple pour vous faire comprendre que  cesser ces pratiques ne suffit pas. En effet, Satan a eu des droits sur vous et il en aura tant que vous ne les confesserez pas.
« Je vous le dis en vérité, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel » Matthieu 18 :18. Il faut délier par la confession et la repentance. Sur ces plaies, les prières, même multipliées, ne sauraient être efficaces !

samedi 16 mai 2015


L’homme, dans sa détresse, au lieu de s’adresser à Dieu, a souvent recours aux moyens occultes. Par exemple : il conduira son enfant malades chez un guérisseur. De plus en plus, les malades se font soigner par des magnétiseurs ou ont recours à la télépathie, la psychanalyse, l’autosuggestion. Ces personnes sont ainsi victimes de puissances de ténèbres qui tiennent captifs désormais leur âme et leur esprit. Les guérisseurs agissent soit par manipulations, soit par passes magnétiques, tout en utilisant des formules magiques.
Un homme fit un jour guérir les blessures d’un de ses fils par conjuration. Quelques mois après, ce père, ivre, tua son autre fils d’un coup de fusil (fait authentique).
Conséquences des pratiques occultes : Yeux ternes et voilés, anorexie, craintes, angoisses, neurasthénie, pensées de suicide, maladies indéfinissables. Cependant, tous les états d’angoisse, de dépression ne sont pas obligatoirement les conséquences de pratiques magiques ; il faut tenir compte des surmenages physiques et intellectuels, des chocs qui remontent à l’enfance dont beaucoup de chrétiens souffrent, sans avoir touché à la magie.
Voici le témoignage d’un homme âgé après une mission d’évangélisation :

Je suis converti depuis longtemps, j’ai suivi Christ de mon mieux. Je recherchais la sanctification, je travaillais pour le Seigneur. Je lisais beaucoup la Bible, et priais assidûment. Mais une certaine oppression, dans la région du cœur, ne me quittait jamais, et je n’arrivais pas à trouver la pleine joie de mon salut en Christ. J’étais malade sans m’en douter. Rien ni personne ne pouvait m’aider. Alors, j’entendis raconter ici, pendant cette mission, comment les péchés de sorcellerie commis avant la conversion sont souvent la cause d’états de ce genre. Je sollicitai un entretien avec un des frères évangélistes. Je lui confessai ces choses. Il agit avec moi selon la manière biblique, et je fus délivré à l’instant même.