vendredi 12 février 2016

« Jusqu’à ce que Christ soit formé en vous. »
 Galates 4 :19


SAISISSEZ CETTE SOUFFRANCE ET FAITES-EN UNE PERLE !


Les perles se forment d’une étrange façon.
Il arrive parfois à l’huître, lorsqu’elle s’ouvre pour prendre sa nourriture, qu’un grain de sable s’introduise à l’intérieur de la coquille et s’incruste dans sa chair, ce qui provoque une grande douleur. Mais cette irritante douleur va produire en elle, petit à petit, une superbe substance qu’on appelle nacre. Au lieu d’essayer de rejeter ce grain de sable, afin d’éloigner la douleur, elle va le recouvrir d’une sécrétion de plusieurs couches de nacre jusqu’à ce que la perle soit formée. Ce petit grain de sable sans aucune valeur est devenu une magnifique perle de prix.

Qu’est-ce qui vous a irrité récemment ? Parlons de ce qui vous a heurté. Rappelez-vous que vous avez demandé à Dieu de vous le retirer, mais c’est toujours là…Dieu vous a donné la possibilité de le garder et de le recouvrir d’une couche de grâce, d’une couche de patience, d’une couche de grande souffrance. Il faudra des années pour qu’un grain de sable devienne une perle, et le travail qui doit s’accomplir ne se fait pas en une nuit. Paul a promis aux Galates qu’il prierait pour eux jusqu’à ce que CHRIST SOIT FORME EN EUX. Le plan de Dieu pour nous est clair : que le monde voit en nous le caractère et l’amour de Jésus. Quel grand appel ! Maintenant, lisez ceci encore et cherchez sa face JUSQU’A CE QUE CHRIST SOIT FORME EN VOUS.

jeudi 11 février 2016

« C’est pourquoi nous devons nous attacher d’autant plus aux choses que nous avons entendues, de peur que nous soyons emportés loin d’elles »
 Hébreux 2 :1

-Demeurer et rester dans la présence de Dieu-

Jésus a comparé la Parole de Dieu au sel de la terre qui donne de la saveur à ce que l’on mange. C’est pourquoi les foules nombreuses se groupaient autour de Lui pour l’entendre et augmenter leur savoir. La Parole de Dieu est un facteur de paix important puisque Job nous encourage à nous attacher à Elle « Attache-toi donc à Dieu et tu auras la paix ». Il ne faut donc pas s’approcher de Dieu sans recevoir le désir de profiter de Sa présence.
Une jeune chrétienne me dit, il y a bien des années : « Je viens de passer deux heures avec Dieu et je veux augmenter ce temps ». Elle était entrée dans l’Esprit de la Parole et se réjouissait de ce qu’elle y découvrait chaque jour. Un autre chrétien plus avancé souffrait de ne pas vivre sous l’onction, et au contraire il se plaignait de pensées mauvaises qui pouvaient croiser sa route. Son pasteur lui dit un jour : « Si vous lisez la Parole avec un esprit de convention, vous ne pouvez rien recevoir de Dieu ». il avait donc le choix ou de fermer sa Bible et refuser de la lire, ou de la lire et vaincre tous les courants opposés qui lui suggéraient le contraire.
Le secret de la réussite de l’homme de Dieu c’est de faire cas de toutes Paroles en les mettant en pratique. Il faut donc discerner l’esprit qui nous attaque à travers l’application de la Parole de Dieu que nous voulons faire.
Cette leçon principale ressort clairement des Evangiles et nous amène en plein cœur de son action. Dieu d’abord doit être le maître mot de cette recherche spirituelle, et doit régler le temps que nous y consacrons : « Cherchez premièrement le Royaume et la justice de Dieu et toutes choses vous seront données par-dessus ».
Il y a de la place pour faire de la Parole de Dieu le champ préféré de la méditation à laquelle nous sommes appelés. Dans ces temps difficiles, mais extraordinaires, que nous traversons, il nous faut être conscient des approches du Malin qui fera tout pour nous distraire ou convoiter des activités, dans le but de nous éloigner du Seigneur. Défendons donc nos privilèges et courons avec persévérance pour être des vainqueurs.

Soyez bénis de l’Eternel et encouragés par ces quelques paroles

mercredi 10 février 2016

« Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, mais moi je vous ai choisis, et je vous ai établis, afin que vous alliez et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. » Jean 15 :16


« NOUS AVONS ETE CHOISIS POUR FAIRE DES CHOSES PLUS EXTRAORDINAIRES QUE NOUS NE LE PENSONS. DIEU SE SERT DE NOTRE BONNE VOLONTE, DE NOTRE AUDACE SUR LESQUELLES IL PLACE SON ONCTION POUR FAIRE
LES ŒUVRES QU’IL A PREPAREES D’AVANCE POUR NOUS.


Dans le naturel, regardant en arrière, je glorifie Dieu d’avoir pu faire des choses que je n’aurais jamais pu faire avec tous les diplômes du monde. Sous son Onction j’ai écrit des livres qui ont circulé ces vingt dernières années par le monde et qui ont changé des vies, des groupes d’églises. J’apporte cette réalité en toute simplicité car aujourd’hui même Dieu peut aussi se passer de moi si j’en tire quelque gloire. Serait-ce possible ? Nous avons été choisis non seulement pour accomplir une mission possible, mais aussi impossible. Dieu m’a dépassée dans mes capacités. Et je n’ai pas fini de l’être ! LE MEILLEUR EST DEVANT MOI, et devant vous si seulement vous prenez conscience QU’IL VOUS A CHOISIS. Des êtres choisis, comme vous et moi, n’ont rien à craindre. Nous sommes escortés PARTOUT, en voiture, en avion, en train, à pied, à cheval, là où il y a la guerre…il est là avec son gouvernement céleste. Quand nous sommes parties au Tchad avec Hélène, pour une mission de dix jours, nous savions que ce pays est sans cesse en révolution. Nous arrivâmes en pleine nuit, 3 h du matin. Nous ne connaissions que le Pasteur qui avait organisé la campagne. Mais vous savez quoi ? A la descente de l’avion, nous étions attendues par une femme qui cherchait à me rencontrer depuis cinq ans. Elle travaillait à l’aéroport, elle avait la mission de nous réceptionner. Une commission nous attendait plus loin. Nous sommes passées à travers les obligations habituelles. Tout était prévu par le gouvernement d’En-Haut.
Vous, nous, sommes choisis et pris en charge.



mardi 9 février 2016

« Jésus leur dit : remplissez d’eau ces vases. Et ils les remplirent. »
 Jean 2 :7


JESUS FAIT UN MIRACLE



…Mais avec l’aide des serviteurs. Nous sommes servantes, serviteurs. Cette position n’est pas toujours facile à accepter. Le service est humiliant s’il n’est pas fait dans l’amour. J’ai toujours apprécié les princesses de sang qui offraient un ‘bénévolat’ pour soigner les pauvres. Nous voyons telle Madame ou Mademoiselle tout le monde se pencher sur les plus déshérités, par contre nous ne trouvons presque plus de volontariat pour l’Oeuvre de Dieu. Ici, on est prophète, docteur…mais Jésus fit ce miracle de Cana non par l’intermédiaire de Marie mais par des serviteurs. Ce sont eux qui ont rempli les vases. Jésus se compare au cep, son Père est le vigneron. Il est l’essence même de la production. Le miracle n’est pas un hasard mais la définition même de Jésus. Il est le ‘boss’. Nous sommes ses serviteurs, alors obéissons pour faire ces merveilleux miracles. Ici, il a pourvu au vin, là il a vaincu la mort, plus loin il a refait des yeux avec de la boue. Jésus est l’essence même du miracle en action. A Cana, il eut besoin de serviteurs. Aujourd’hui il a encore BESOIN DE NOUS. Plaçons-nous dans sa trajectoire, là où il veut. Ne manquons pas les noces de l’Agneau. Elles sont proches et certaines. Avançons dans la vision des miracles.

lundi 8 février 2016

suite…


Oui, nous pouvons aussi croire, au sein de la nuit noire de l’épreuve, que Jésus règne.
Notre foi doit triompher du monde et doit émerger de la brume, telle les cimes des montagnes triomphantes dans le ciel bleu.
« Invoque-moi au jour de la détresse, je te délivrerai et tu me glorifieras » Psaume 50 :15
Cherchons la présence de Jésus, approchons-nous de Lui. S’Il est là, la nuit la plus obscure devient lumière. C’est Jésus qui, par sa présence, balaie l’épreuve. Ne cherchons pas des remèdes, cherchons Jésus !
La Croix inaugurait l’ère de l’évangélisation. Le diable y a été vaincu ; Là, Jésus a emmené captive la captivité et fait des dons aux hommes.

L’évangélisation reste la clé de la vie spirituelle, sa respiration ! Sans elle la mort règne. L’évangélisation est la justice de Dieu à laquelle riches et pauvres, puissants et faibles, sont appelés sans distinction. C’est l’œuvre la plus importante à accomplir et qui vaut la peine de votre investissement.

dimanche 7 février 2016

Vous pouvez croire que Jésus règne et vous apporte la délivrance
Même au plus profond de l’épreuve.


En méditant sur la foi du brigand cloué à la croix aux côtés de Jésus, j’ai été émerveillé qu’un homme, dans de telles conditions, ait pu donner sa foi à ‘un mourant’ !
Je me suis imaginé Jésus arrivant au ciel depuis Golgotha, en tenant par la main ce brigand à qui il vient de dire, quelques heures auparavant :
« En vérité, en vérité, je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi au Paradis. »
Je me suis imaginé la joie du Ciel voyant entrer la première sauvée par le sacrifice de Jésus ! Les prémices d’une grande, d’une immense, d’une merveilleuse moisson…
-Père, je te présente la première âme de la terre arrachée au diable…
D’un seul coup, d’un seul, le passé du brigand, passé chargé de crimes et de vols, passé de violence et d’injures, passé charnel à cent pour cent, est oublié, effacé, disparu ! Plus aucune trace…Il est au Ciel avec Jésus, ébahi, transformé, entouré des saints, des anges, devant le Trône de Dieu, devant le Saint-Esprit. Comment l’expliquer ?
Sa foi l’a justifié, ennobli !
Le brigand, dans la pire condition qui soit, avait confessé sa foi au règne de Christ, crucifié à ses côtés. Percé sur la croix, exposé à la chaleur et aux moqueries, en proie à l’asphyxie, mains et pieds déchiquetés, perdant son sang, endurant la plus terrible mort, il confesse la parole la plus extraordinaire au monde, la plus inattendue et controversée :

-          Seigneur, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton règne.

samedi 6 février 2016

suite…



Notre force est de savoir que Dieu nous aime, que la venue de Jésus en est la preuve, que sa mort et son sang en sont la signature, et que sa résurrection en est le sceau indélébile.
Notre faiblesse est de prêter attention aux suggestions du diable, de nous culpabiliser en raison de nos imperfections et ainsi de créer un voile, un écran entre nous et les réalités du salut.
La foi en l’amour de Dieu doit nous venir en aide. Nous ne sommes parfaits qu’en Christ. C’est Lui qui est notre perfection. Son Esprit nous aide à avancer dans la sanctification, son amour nous oriente vers les meilleurs choix, sa sagesse nous montre comment nous devons nous vaincre dans les infirmités de notre caractère et comment nous devons surmonter les obstacles sur notre route.
Quelqu’un de sage me disait dernièrement : ‘Lorsque j’ai un problème, je le considère calmement, j’en fais le tour en le réduisant à sa stricte dimension, en l’amputant de tous ses aspects suggestifs, puis je regarde les moyens qui sont en ma possession pour l’attaquer ».
Pour nous qui avons les promesses de Dieu, nos munitions devraient pouvoir pulvériser dans tous les cas la plupart de nos problèmes quotidiens.  Pour ceux qui sont  très tenaces, la prière de la foi accompagnée du jeûne et de la confession positive réduira considérablement les dimensions de l’épreuve. Et en finale, la confession que  RIEN N’EST IMPOSSIBLE A DIEU nous tiendra toujours sur le bon côté de la rive. L’attente confiante est un plus que nous devons avoir : « C’est dans le calme et la confiance que sera votre force » Esaïe 30 :15

Elevez bien haut votre Bannière. Elle doit être vue. Notre lumière ne doit pas être sous le boisseau…Commencez à faire cela et beaucoup de choses vont changer dans votre vie.

vendredi 5 février 2016


« La crainte n’est pas dans l’Amour
Mais l’Amour parfait bannit la crainte » 1 Jean 4 :18
« La Bannière qu’Il déploie sur moi, c’est l’Amour » Cantique des cantiques 2 :4



Tous les hommes connaissent la crainte, oui, tous !
Le premier homme, Adam, confessa à Dieu : « J’ai eu peur et je me suis caché ».
Adam nous l’a transmise.
La crainte fait partie du  « péché hérité de nos pères ». Nous ne craignons pas tous les mêmes choses, la crainte ne nous paralyse pas tous de la même façon. Mais tous les hommes en sont atteints, car la crainte est héréditaire, elle se transmet à travers le caractère et l’éducation.
La crainte gâche les meilleurs moments de la vie, elle diminue de 50% nos résultats et parfois davantage. La crainte est une voleuse….son père est le voleur…vous l’avez compris en lisant Jean 10 :10 : «  La voleur vient pour dérober…. ».
Au contraire, le déploiement de la Bannière de l’Amour de Jésus donne de l’assurance, de la force, de la joie.
La Bannière, par ce qui y est écrit, souligne le caractère de celui qui la porte…c’est vrai, jusque dans les manifestations de grèves avec les banderoles…
Nous, Chrétiens, brandissons la Bannière de l’Amour du Seigneur. Nous pouvons y inscrire autant de versets bibliques que nous le voulons. Je vous en propose un :
« Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à bien plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. » Romains 5 :10


jeudi 4 février 2016

suite…



Comme un Père… : Un père protecteur, un Père conducteur, un Père instructeur. Pour atteindre à l’excellence de cette paternité : un seul chemin, une seule vérité, une seule Vie offerte pour nous afin de nous ouvrir cette porte fermée à toute autre idéologie. Seul Jésus nous a fait connaître le Père.
Travaillons spirituellement sur cette réalité. Commençons à la confesser, puis proclamons-la publiquement en toute occasion. Repoussons nos réactions émotionnelles négatives provenant des douleurs, fatigues et autres contrariétés, et confessons cette promesse que Dieu nous a faite par la bouche de Jérémie : « Je connais, moi, les desseins que je forme à votre sujet – oracle de l’Eternel – desseins de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir fait d’espérance » Jérémie 29 :11
Un avenir ! Quel père digne de ce nom ne l’a pas envisagé pour son fils ?
Dieu a pensé à notre destinée, Il en a tracé la route. Que celle-ci soit étonnante ne doit pas nous inquiéter car Dieu se sert des circonstances de toutes natures : positives comme négatives. Ce qui compte c’est toujours de Lui faire confiance et de confesser ses buts.


mercredi 3 février 2016

Suite…

« Comme un père a compassion de ses fils… »



C’est aussi pourquoi Satan s’acharne sur nous pour détruire cette promesse et les bénédictions qu’y rattachent. Car si cette relation n’existe pas, alors nous sommes emportés loin de notre Dieu. Paul pouvait témoigner : « Je sais en qui j’ai cru… » 2 Timothée 1 :9
Paul savait en qui il croyait, pas seulement en quoi, mais en QUI ! Puis  après, en quoi !
Notre relation vient de notre rencontre avec Dieu. Plus cette rencontre est importante, plus ce qui en découle est en rapport.
C’est pourquoi nous avons besoin de recevoir cette onction puissante. Onction que certains ont reçue dès le sein de leur mère : Jérémie, Jean le Baptiste…Dieu veut nous marquer de son sceau :
« Dieu nous a aussi marqués de son sceau et amis dans nos cœurs les arrhes de l’Esprit »
2 Corinthiens 1 :22
C’EST UN DON. Et il est toujours temps de recevoir cette exhortation : à ranimer la flamme du don qui est en toi…2 Timothée 1 :6
Cette Onction bénie nous pousse à l’intimité avec notre Dieu, intimité grâce à laquelle nous découvrons les bénédictions  qui découlent de la paternité de Dieu.