jeudi 5 mars 2015

ENTRONS DANS LE SANCTUAIRE

« Car Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait par la main de l’homme, imitation du véritable, mais dans le ciel même, afin de se présenter maintenant pour nous devant la face de Dieu. Il n’y est pas entré afin de s’offrir plusieurs fois, comme le souverain sacrificateur entre chaque année dans le sanctuaire avec du sang étranger….le Christ, qui s’est offert une seule fois pour porter les péchés d’un grand nombre, apparaîtra une seconde fois, sans péché, pour ceux qui l’attendent en vue de leur salut. » Hébreux 9

Bien-Aimés, il est important que vous compreniez que, chaque fois que vous péchez, le sacrifice de Jésus est  très présent jusqu’à Son retour en gloire, pour que vous vous repentiez et repreniez courage.
La repentance brise la malédiction. La repentance est suivie du pardon de Dieu. Ne restez pas comme vous êtes, réagissez. Nous avons un Père miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté. Ne vous installez pas dans la culpabilité, vous auriez tort ! Jésus a été fait pour nous, sacrifice de culpabilité.

« Il a plu à l’Eternel de le briser par la souffrance ; Après s’être livré en sacrifice de culpabilité, Il verra une descendance Et prolongera ses jours, Et la volonté de l’Eternel s’effectuera par lui. » Esaïe 53

« Oui, entraîne-moi ! Oui, courons à ta suite ! » Entrons dans le sanctuaire, touchons le Trône de la grâce. Car là, il y a bonheur, joie, paix, guérison, changement de vie »

mercredi 4 mars 2015

JE SAIS QUE DIEU M’AIME (suite)

C’est parce que K. Kulmann savait que Dieu l’aimait sans limite que Dieu lui a donné de voir dans son ministère d’évangéliste les plus grandes démonstrations de puissance et d’amour. Elle savait que Celui qui l’aimait sans limite aimait aussi ceux qui venaient vers Lui pour être guéris.
La tragédie N°1 est que beaucoup trop de gens ont encore la notion d’un Dieu qui nous attend avec un bâton pour nous punir. Le Seigneur s’offense de voir ses enfants douter de son amour.
J’ai envie de partager avec vous ces quelques passages qui nous montreront qu’il nous aime :

- Tite 3 :4 : Lorsque l’amour de Dieu pour les hommes a été manifesté…
- 1 Jean 4 :9 : L’amour de Dieu a été manifesté dans l’envoi de son Fils…
- 1 Jean 4 :16 : Nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous et nous y avons cru…
- Ephésiens 3 :19 : L’amour de Christ surpasse toute connaissance…
- Exode 34 :7 : Son amour jusqu’à mille générations…
- Psaume 86 : Plein d’amour pour ceux qui l’invoquent…
- Esaïe 54 :10 : Mon amour ne s’éloignera point de toi…
- Romains 5 :8 : Dieu prouve son amour envers nous en ce que…
- 2 Corinthiens 13 : 11 : Le Dieu d’amour et de paix sera avec nous…
- 1 Jean 4 :16 : Dieu est amour
Le verset qui les couronne tous, le voici :

CAR DIEU A TANT AIME LE MONDE QU’IL A DONNE SON FILS UNIQUE…

Jean 3 :16

mardi 3 mars 2015

JE SAIS QUE DIEU M’AIME, IL NE M’ABANDONNERA JAMAIS

« Dieu est amour ; et celui qui vit (demeure) dans l’amour demeure en Dieu et Dieu demeure en lui. 1 Jean 4 :16

Cette notion de l’amour de Dieu nous échappe à 99% des croyants. Si nous réalisions que Dieu nous aime, nous ne pourrions pas envisager la défaite.
En Octobre 1978, je consacrais trois jours à un tête-à-tête avec Dieu. Nous attaquions notre ministère à la télévision et j’avais d’abord besoin d’une confirmation personnelle de Sa volonté ; j’avais besoin qu’Il me parle. Sur mon bureau se trouvait un livre : « Rien n’est impossible à Dieu ». Ce fut comme ‘tilt’ ; en une fraction de seconde, je fus illuminée par la grandeur de l’amour de Dieu et je me dis : « Mais, lorsque nous avons Dieu avec nous, nous avons tout ! Que craignons-nous ? Il est notre Dieu, omnipotent, notre Dieu tout puissant ! Pourquoi doutons-nous si souvent ? Sûrement parce que nous n’avons pas découvert TOUT SON AMOUR POUR NOUS ».
Je fis alors une expérience peu commune tandis que nous oignions d’huile une amie, chrétienne depuis de nombreuses années, atteinte de dépression. L’Esprit Saint me donna pour elle ces paroles : « Dieu vous aime, Dieu vous aime ». A mesure que je les prononçais, elles descendaient profondément dans son  cœur et les larmes commencèrent à rouler le long de ses joues. Depuis tant d’années, elle était passée à côté de cette réalité élémentaire. L’huile d’onction illuminait son visage. Non seulement elle avait un Sauveur en Jésus, mais Il l’aimait. Il n’était donc pas venu pour la restreindre mais pour lui donner, non seulement la vie éternelle, mais encore TOUT  ce que le diable nous a volé….TOUT ce qu’Il a créé pour l’homme, pour ses besoins matériels et spirituels. SPIRITUELS ET MATERIELS.

lundi 2 mars 2015

LE MINISTERE DES ANGES EST UNE REALITE. ( suite)

« Il campe… »

Mais autour de qui ? De ceux qui le craignent. C’est-à-dire, de ceux qui croient en Lui, qui Le reconnaissent, qui font sa volonté.
Les anges nous protègent, et nous secourent. Si nous en étions plus conscients, nos ennemis s’enfuiraient plus rapidement.
« Il y envoya des chevaux, des chars et une forte troupe, qui arrivèrent de nuit et qui enveloppèrent la ville. Le serviteur de l’homme de Dieu se leva de bon matin et sortit ; et voici, une troupe entourait la ville, avec des chevaux et des chars. Et le serviteur dit à l’homme de Dieu : «              Ah ! Mon seigneur, comment ferons-nous ?
Il répondit : Ne crains point, car ceux qui sont avec nous sont en plus grand nombre que ceux qui sont avec eux.
Elisée pria et dit : Eternel, ouvre ses yeux pour qu’il voie. Et l’Eternel ouvrit les yeux du serviteur qui vit la montagne pleine de chevaux et de chars de feu autour d’Elisée. »
2 Rois 6 :14-17
L’Eternel protège ses serviteurs. Nous avons chacun notre ange gardien. Jésus le précise dans ce passage de Matthieu 18 :10 : « Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits ; car je vous dis que leurs anges dans les cieux voient continuellement la face de mon Père qui est dans les cieux. »
Les anges exercent un ministère d’amour. David dit que Celui qui demeure à l’abri du Très-Haut repose à l’ombre du Tout-Puissant.

« Il ordonnera à ses anges de te garder dans toutes tes voies. Ils te soutiendront de leurs mains de peur que ton pied ne heurte contre une pierre. » Ps. 91 : 1,11-12

dimanche 1 mars 2015

LE MINISTERE DES ANGES EST UNE REALITE.

« L’ange de l’Eternel campe autour de ceux qui le craignent et ils les arrachent aux dangers. » Psaume 34 :8

Rentrez dans la réalité de cette parole de David, vous ne craindrez plus jamais. Ce verset ne vous est pas inconnu, vous le connaissez par cœur, et pourtant vous craignez.
Vous craignez : les frayeurs de la nuit, les accidents, les mauvaises nouvelles…Enfin, vous craignez, vous craignez, vous craignez…
Pourquoi donc ce verset ne vous a t-il pas fait plus d’effet ? Tout simplement parce que vous ne vous êtes pas penché sur le mot clé : l’ange de l’Eternel campe.
Hébreux 2 :14 nous dit : « Ne sont-ils pas tous des esprits au service de Dieu, envoyés pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut ? »
Les anges sont des créatures qui ont été créées par Dieu tout comme les hommes. Dans l’épître de Paul (1 Corinthiens 16) il nous dit : « En lui ont été créées toutes choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles. »
Les anges sont des créatures invisibles créées par Dieu. Les anges ne possèdent pas de corps physique mais ils peuvent prendre une apparence corporelle pour accomplir des missions particulières. Ils n’ont pas de sexe et ne peuvent se reproduire (Marc 12 :25). Les anges sont mentionnés près de trois cents fois dans l’Ancien et le Nouveau Testaments. David, dans le Psaume 68, les compte par vingt mille qui parcourent les routes de l’espace : verset 18 :
« Les chars de l’Eternel se comptent par vingt mille, par milliers et par milliers…»
Moïse avant sa mort déclara : L’Eternel est venu du Sinaï, Il s’est levé sur eux de Séir, Il a resplendi de la montagne de Paran Et il est sorti du milieu des saintes myriades. » Deutéronome 33 :1-3

samedi 28 février 2015

JE VAIS POSSEDER DANS MA FOI CE QUE J’ATTENDS AVANT DE L’AVOIR VU

« C’est pourquoi, voici, je veux l’attirer et le conduire au désert, et je parlerai à son cœur. Là, je lui donnerai ses vignes et la vallée d’Acor, comme une porte d’espérance. » Osée 2 :16-17

Dieu attire son peuple dans le désert pour lui montrer ses miracles.
C’est dans ce désert, où il n’y a rien, que notre foi doit être braquée sur l’invisible afin de recevoir le miracle. Les miracles ne se font qu’au désert. C’est au désert que l’eau jaillit du rocher et que la manne descend. Il faut le désert pour créer ce miracle. Le miracle part toujours d’un besoin. Dans le pays d’Egypte, Dieu avait, dix fois, fait la différence entre Israël et l’Egypte. Dix fois les plaies étaient passées par-dessus Israël sans le toucher. Dieu entendait par là, non seulement préparer son peuple pour le libérer, mais aussi que se forme en lui une foi qui ferait la différence entre les peuples qui servent les idoles, et celui qui sert le Dieu vivant. Il va plaire à Dieu d’éprouver la foi d’Israël devant la Mer Rouge. Dieu bloque Israël par devant et par derrière. Impossible de s’en sortir humainement, ni d’une façon ni d’une autre….
C’est lorsque nous sommes ‘coincés’ que Dieu connaît seulement si oui ou non nous sommes confiants. Moïse l’était. Pour lui, aucun problème. Mais pour Israël c’est la panique. Moïse a une foi trempée ; Israël est conditionné par la vue. Il voit en effet la mer devant lui, et les Egyptiens armés et nombreux derrière. Il voit physiquement ; il est aveuglé spirituellement. Moïse au contraire semble ne rien voir physiquement.  Mais il voit l’invisible. Il connaît Dieu. Il sait que Dieu ne les a pas fait sortir magistralement pour les faire mourir horriblement. Il connaît Dieu. Il se sait aimé de lui. Il marche au niveau de l’invisible.
Une des épreuves par excellence que Dieu veut nous faire traverser est celle de la foi.
Lorsque celle-ci est arrivée à sa dimension normale (Hébreux 11 :1) : La ferme assurance, on peut dire comme Moïse : Regardez la grande délivrance que vous accorde aujourd’hui l’Eternel.

vendredi 27 février 2015

LA PRIERE QUE JE FAIS EST COMME UNE GRAINE QUE JE PLANTE ( suite )

Quelques fois l’exaucement met plus de temps à venir. Ma foi est alors davantage éprouvée, et je n’ai d’autre repère que celui des promesses de Dieu dans Sa parole. Je continue à confesser, et je mets en place toutes les positions dans l’axe de cet accomplissement.
La prière que nous avions faite avec Sergine était exaucée. J’ajouterai qu’elle déclencha la délivrance, non seulement de cette facture imminente, mais encore de toutes celles qui étaient sur mon bureau.
Nos pensées négatives sont la preuve de la défaite, par contre si je continue à penser positivement et à agir dans ce sens, Dieu est honoré et il m’honore aussi par l’exaucement. Je suis lié à mes paroles et à mes pensées. Ce sont elles qui, en définitive, définissent si oui ou non j’ai confiance.
Dieu m’appelle à être comme voyant l’invisible et à ne pas être de ceux qui marchent par la vue.
La foi en action déroule un chemin sous mes pas. Jésus est le chemin et Ses paroles sont ce chemin.
Il existe des abîmes dans ma vie, mais, par la Parole de Jésus, je jette le pont de ma foi et je passe.
J’ai des matériaux dans la Parole pour ce pont, mais c’est ma foi qui doit le construire.

Pensez à cette sorte de puissance quand vous dîtes : LA PRIERE QUE JE FAIS EST UNE GRAINE QUE JE PLANTE.


                                                                                      André SNANOUDJ

jeudi 26 février 2015

LA PRIERE QUE JE FAIS EST COMME UNE GRAINE QUE JE PLANTE

« Si quelqu’un dit à cette montagne : ôte-toi de là et ne doute pas en son coeur que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir. » Marc 11 :22

Nous étions à Albi, en butte à des besoins matériels pressants. Les factures s’empilaient sur mon bureau et pas d’argent pour payer les dépenses de la colonie de vacances. Les constructions avaient absorbé toutes les pensions reçues, et il fallait à présent régler les factures alimentaires. Pas moyen de reporter. Nous étions au pied du mur !
Alors, avec Sergine, nous nous sommes mis à genoux au pied de notre lit, la Bible ouverte sur ce verset de la lettre aux Philippiens : « …et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins, selon sa richesse avec gloire en Jésus-Christ » 19 :4.
Nous avons eu cette parole pour débloquer la situation. C’était nos premières expériences de foi. Nous avons planté en terre cette parole et remercié Dieu de son accomplissement. Quelques heures se sont écoulées, nous avons oublié nos soucis. Quelqu’un tambourine à la porte d’entrée (il y avait une panne d’électricité) ! C’était une chrétienne de la communauté d’Albi qui était sur le seuil avec une mission à remplir de la part du Seigneur : « Je ne viens pas » dit-elle, « en visite de politesse, mais j’ai sur le cœur de vous offrir mes services pour vous aider matériellement, car j’ai été pressée par le Seigneur qui m’a convaincue que vous aviez besoin d’un secours d’argent ».
Dieu avait pourvu !

                                                                                        André SNANOUDJ

mercredi 25 février 2015

PRENONS GARDE, FRERES. (suite)

« Comment échapperons-nous en négligeant un si grand salut ?


…Toutes les règles de notre vie sont changées. Nos objectifs sont différents. LES ECRITURES deviennent notre lecture favorite, la prière notre nouvelle ‘respiration’. LE TEMOIGNAGE aux perdus notre conquête quotidienne et notre récompense. Qui n’a pas jubilé intérieurement après avoir confessé avec à propos le beau Nom de Jésus ? Qui n’a pas été ému et parfois bouleversé aux larmes devant une âme qui naît à la vie d’En-Haut ? C’est la qualité de ce si GRAND SALUT qui produit de tels sentiments.
J’ai le pénible sentiment que trop de chrétiens d’aujourd’hui n’ont entrevu qu’un petit salut. Où sont les larmes, les repentances, les restitutions, les réparations ? J’ai la conviction que le dernier réveil mettra en avant CE SI GRAND SALUT.
Devant la prédication brûlante de la Croix de Jésus, là où le jugement du péché de l’homme a été levé en tombant sur LUI….les gens tombent sur leur face et restent prostrés devant LA MAJESTE DE DIEU, brisés par Son amour et changés d’un coup et pour toujours. Alors, sur cette base saine et solide, la vie chrétienne se construit et le  SALUT N’EST PLUS NEGLIGE.


                                                                                     André SNANOUDJ


mardi 24 février 2015

PRENONS GARDE, FRERES.

« Comment échapperons-nous en négligeant un si grand salut ?

Hébreux 2 :3

En parcourant, même rapidement, l’Epître aux Hébreux, nous sommes frappés par le nombre de mises en garde telles que : « Prenons garde, frères… »
En lisant les Evangiles nous sommes avertis des temps difficiles (et nous y sommes !) qui viendront sur l’humanité, caractérisés par l’absence de la foi et de la charité. Je suis persuadé que Dieu veut mettre en évidence, dans ces temps de la fin, « CE SI GRAND SALUT ! », aussi bien pour les hommes de cette génération aveugle et pécheresse que pour l’Eglise composée de croyants qui ne réalisent pas ou plus « CE SI GRAND SALUT ».
L’habitude, cette seconde nature, prend le pas si facilement sur les réalités spirituelles. On s’habitue à tout, même à prononcer des mots tels que LE CIEL ou  L’ENFER ! Et pourtant, dans notre vécu, il nous en faut beaucoup moins pour rire ou pleurer. Le ciel c’est l’extase, le bonheur suprême, la Vie Eternelle, le repos parfait, la découverte de l’inouï. L’enfer c’est l’affreuse solitude, la douleur terrible, le remords sans fin, le vide absolu, le désespoir éternel.
Entre ces deux états, un choix que l’on fait ou refuse : LA CROIX…LE SALUT…CE SI GRAND SALUT ! C’est le lieu où la purification du péché est faite. Où l’on se repent en abandonnant sa mauvaise façon de vivre. Où l’on naît à la vie nouvelle en DEVENANT UNE NOUVELLE CREATURE…


                                                                               André SNANOUDJ