dimanche 1 février 2015

L’AMOUR, UN STYLE DE VIE

Aimez votre voisin (prochain) comme vous –mêmes »

Jacques 2 :8

L’amour ne se manifeste pas en face d’une tasse de thé, d’un bon repas, d’une agréable sorite. Dans ces cas-là nous sommes toujours prêts à nous aimer, à sourire, à parler, je parle des gens normaux, bien sûr ! L’amour, c’est plus que cela. C’est aimer quand nous sommes à bout de force, quand nous recevons dix à vingt personnes. Aimer, c’est quand nous n’avons plus beaucoup d’argent et que nous recevons un SOS pour un peuple en détresse, « Enfants affamés », « Chrétiens persécutés ». Aimer, c’est partager avec nos frères Africains que nous savons en peine pour nourrir leur famille. Combien vous donneriez-vous si vous deviez vous noter ? Honnêtement, même si nous ne sommes pas mauvais, si nous avons  eu des coups de cœur, si nous excellons en hospitalité par rapport à d’autres, nous avons besoin de recevoir l’amour quotidien de Celui qui en possède l’attribut. DIEU EST AMOUR.
Paul dit au Philippiens : « Ma prière est que vous abondiez en amour de plus en plus pour les autres. » Philippiens 1 :9-11
La Bible nous dit : « L’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné. » Romains 5 :5. C’est de cet amour que nous avons besoin pour les autres. Laissons Dieu être Dieu en nous par Jésus-Christ. Cet amour placera Satan en infériorité. Néanmoins, si vous ne vous aimez pas vous-même vous n’aimerez jamais les autres. Vous ne pouvez pas donner ce que vous n’avez pas. La Bible, version amplifiée, parle d’un cycle d’amour parfait. Le voici : DIEU EST AMOUR. IL VOUS AIME. RECEVEZ SON AMOUR. AIMEZ-VOUS.
Lorsque cela est bien accompli en vous, que vous l’avez en réserve, alors vous pouvez atteindre le monde en souffrance. Demandez pour aujourd’hui cette sorte d’amour.

samedi 31 janvier 2015

LA LOUANGE ET LA CONFESSION SONT LES CLEFS DE LA VICTOIRE

« Je bénirai l’Eternel quoi qu’il arrive. Je parlerai ouvertement de sa grâce et de sa gloire. Je magnifierai toutes ses bontés à mon égard. Que ceux qui sont découragés se redressent ! Glorifions le Seigneur et exaltons son nom, car j’ai crié vers lui et il m’a répondu ! Il m’a libéré de toutes craintes. »

Psaume 34 :1-4 (TLB)

David prit la décision de louer le Seigneur EN TOUT TEMPS ET EN TOUTES CIRCONSTANCES, bonnes ou mauvaises, dans la souffrance, l’oppression. Quand ses meilleurs amis l’ont déçu et ridiculisé, quand il n’avait où aller si ce n’est au creux d’un rocher, dans ces temps difficiles il put dire : Il me délivra de toutes mes craintes ». La meilleure voie de guérison, pour vaincre la dépression, c’est de louer le Seigneur SANS CESSE. Cela prendra quelques jours, quelques semaines jusqu’à la victoire, mais sachez que très vite vous surmonterez vos problèmes. Essayez. Qu'avez-vous à perdre si ce n’est votre dépression ?

vendredi 30 janvier 2015

AUJOURD’HUI, IL T’OFFRE DE NOUVELLES PROMESSES, UN NOUVEAU POUVOIR, UNE NOUVELLE PROTECTION POUR DE NOUVEAUX COMMENCEMENTS.

« L’Eternel lui-même est celui qui te garde ! Il te défend. Il te protège jour et nuit. Il garde son œil sur toi durant les allées et venues, il te garde toujours. »

Psaume 121 : 4-8 (TLB)

Aujourd’hui, ta situation te plonge dans une totale confusion. Tu as glissé, tu es sur le carreau ! Dans ce cas-là, te coucher,  lécher tes plaies, c’est ce que tu pourrais faire de pire. Lève-toi ! Demande-lui de te laver et de te pardonner. Il le fera. Puis,  remets-toi en route ! Repose-toi sur lui plus que tu ne l’as jamais fait. Fais-lui confiance comme jamais auparavant. Lis et relis ces versets, puis lis-les encore. Ne garde pas ces merveilleuses promesses pour toi seul. Quelqu’un croisera ta route aujourd’hui, il se sent désespéré et sans espoir pour son futur. Tu as la réponse aujourd’hui. Partage-la-lui aujourd’hui.

jeudi 29 janvier 2015

SE REFUGIER EN DIEU NOTRE PERE.

« Le nom de l’Eternel est une tour forte. Le juste s’y réfugie et se trouve en sûreté. »

Proverbes 18 :10

Il y a des moments difficiles dans la vie. Soudain, le sol se dérobe sous nos pieds. Nous nous sentons très seuls, abandonnés. Nous partageons nos fardeaux avec nos plus proches amis. Nous sommes assurés de leur prière, de leur compassion, de leur soutien. Mais nous sommes seuls à vivre le départ de notre mari. Nos entrailles sont ébranlées par l’épreuve. Le vent souffle de toute part : fatigues, finances, critiques, violences…Nos parents sont loin. Mais si, à ce moment difficile, nous nous réfugiions auprès du Seigneur, tout changerait. Accepter l’épreuve. Ne pas se culpabiliser. Demander pardon à Dieu pour nos erreurs. Nous réfugier dans la prière accompagnée du jeûne, et la paix viendrait. Aujourd’hui, réfugiez-vous en Dieu, il est pour vous cette TOUR OU L’ENNEMI NE PEUT PENETRER.

mercredi 28 janvier 2015

LES SI DE DIEU !

« Oh ! Si mon peuple m’écoutait, si Israël marchait dans mes voies ! En un instant j’humilierai leurs ennemis….Dieu nourrirait Israël du meilleur froment, et je le rassasierai du miel du rocher. » Psaume 81 :14

Dieu pose aussi des ‘si’ à son peuple ! C’est-à-dire, des conditions : deux conditions : L’écouter et marcher selon son cœur dans ses voies. C’est tout ! Mais cela nous implique totalement et concerne toute notre vie.
Mais quelles heureuses conséquences ! Victoires sur nos ennemis de quelque nature qu’ils soient : hommes ou démons, maladies ou adversité, abondance et qualité du froment, miel du rocher !
A partir du moment où nous tendons à la ressemblance du Grand Roi, les choses les meilleures nous arrivent pour nous. Mais n’oublions pas qu’écouter Dieu c’est méditer, comprendre et marcher dans ses voies, obéir et risquer…
On n’a rien sans rien ! Notre condition actuelle est directement proportionnelle à ces deux éléments cités dans ce psaume : écouter Dieu, marcher dans ses voies !
Tout progrès dans cette direction verra une rétribution. C’est une loi spirituelle de Dieu et elle est de même nature que ses lois physiques, elle fonctionne !

                                                                                                              André SNANOUDJ

mardi 27 janvier 2015

NE RESSEMBLONS PAS A CAIN QUI ETAIT DU MALIN

« Faisons l’homme à notre ressemblance… »

Genèse 1 :26

C’est le point de départ de la Création. Dieu voulait se retrouver dans l’homme et l’homme pouvait, à sa joie, se retrouver en Dieu.
Dieu investit de sa divinité chez l’homme. Quel mystère, quelle prodigieuse réalité ! Adam était homme-Dieu. Jésus, le second Adam est Dieu-homme.
Dieu donna à l’homme un royaume à gouverner. L’homme donc a été créé capable et responsable. L’amour, le lien de la perfection, le rattache à Dieu. Communion unique que le diable va attaquer pour la briser et la détruire par la désobéissance. Dès que cet objectif est atteint, la ressemblance avec Dieu pâlit de plus en plus au fil du temps. L’homme meurt…Mais Jésus, le second Adam, est venu. Sa perfection morale et spirituelle tranche terriblement avec l’homme déchu. Mais cette distance va être totalement abolie grâce au pont de la foi que Jésus jette vers la créature. «Tout est possible à celui qui croit» Marc 9 :23
Par ce pont de la foi, la communication entre l’homme et Dieu est à nouveau rendue possible et la communion rétablie. Notre restauration démarre lorsque Jésus commence en nous le travail de libération et de guérison.
Un groupe de touristes visitait un atelier de sculpture. Le guide les laissa un instant s’approcher d’un ouvrier qui travaillait une tête de lion.
-Est-ce difficile de sculpter un lion ? Demanda une petite dame admirative.
-Oh, non ! Répondit avec humour le sculpteur, vous faites sauter de la masse tout ce qui ne ressemble pas à un lion !
L’exemple vaut pour le sujet traité ici.
Le Lion de la tribu de Juda, Jésus, apparaîtra en nous si le Saint-Esprit a carte blanche pour faire sauter tout ce qui couvre et cache la ressemblance.

                                                                                                          André SNANOUDJ

lundi 26 janvier 2015

LA PUISSANCE DU PARDON ou PARDONNER : une puissance

«C’est pourquoi le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre des comptes à ses serviteurs. Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents. Comme il n’avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu’il soit vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu’il avait, et que la dette soit acquittée. » Matthieu 18 : 23-25 

Le pardon est une force puissante. Nous pouvons libérer les autres par le pardon ou les lier par le non-pardon. Nous pouvons nous délier de tourments par le pardon ou nous pouvons être tourmentés par le non-pardon.
Regardons l’histoire de cet homme qui avait emprunté au roi dix mille talents d’or, aujourd’hui : 180.000F. Ne pouvant payer sa dette il fut convenu qu’il vendrait sa femme, ses enfants comme esclaves. Mais le roi en eut compassion et le libéra en remettant sa dette. Combien l’esclave dut être heureux ! Puis, les rôles furent inversés. Le serviteur pardonné avait un compagnon qui lui devait 100 deniers, soit 50F. Le serviteur ne plia pas devant les supplications de son ami, le jeta en prison. Lorsque le roi l’apprit, il fut choqué, l’appela et le livra aux bourreaux, jusqu’à ce que sa dette soit entièrement payée.
La loi spirituelle de cette histoire se résume en ceci : Si nous ne pardonnons pas aux autres leurs offenses, ou leurs dettes, nous perdons le pardon du Roi des rois. Nous sommes tourmentés. Aujourd’hui, Dieu vous appelle à libérer un ami ou une amie d’une dette, qu’elle soit petite ou grande. Ne la cultivez plus. Ecrivez-lui qu’elle est effacée. Jésus n’at-il pas effacé l’acte de condamnation qui nous accusait ? Vous serez libérés de vos ressentiments et vous libérerez vos amis.

dimanche 25 janvier 2015

MERCI, SEIGNEUR, POUR TA GRANDE COMPASSION ENVERS MOI

« …Jésus fut ému de compassion » Matthieu 14 :14

La définition de ce mot est la suivante : s’accorder, souffrir avec. Dans l’étymologie se dégage l’idée de communion et passion. Avoir compassion c’est donc être en communion avec quelqu’un dans sa souffrance et avoir passionnément le désir de l’en sortir. Cette qualité de Jésus passait fortement par son humanité, son âme et son cœur étaient concernés par cette émotion.
Dieu aussi témoigne de cette capacité ‘humaine’ lorsqu’il passe devant Moïse caché dans le creux du rocher et lui déclare : L’Eternel, l’Eternel, miséricordieux et compatissant, lent à la colère et riche en bonté. » Exode 34 :6
Jésus n’a t-il pas condamné la dureté du serviteur qui, ayant reçu la remise de son énorme dette, par son maître miséricordieux, saisit par la gorge quelques minutes après un pauvre hère qui ne lui devait que quelques sous ! Ayant reçu miséricorde il n’a pas exercé la compassion envers celui qui lui demandait grâce.
Ne soyons pas comme lui. Dieu nous a remis notre dette que nous étions dans l’impossibilité de payer. Sachons donc remettre les dettes, ô combien plus  modestes que les humains peuvent avoir avec nous.
Si la miséricorde triomphe du jugement, il n’y  a pas de miséricorde pour qui n’a pas fait miséricorde.

                                                                                                              André SNANOUDJ

samedi 24 janvier 2015

PAR LE SANG DE L’AGNEAU, ENTRONS DANS LE SANCTUAIRE

Vous avez en effet que ce n’est point par des choses périssables –argent ou or- que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre, héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans taches. » 1 Pierre 1 :18

En recevant le pardon de Christ, grâce au sang versé à la Croix, nous recevons aussi l’adoption. Ce qui veut dire que Dieu a fait de nous ses enfants, ses héritiers. N’est-ce pas merveilleux de pouvoir s’exclamer librement : Père ! Père !
Combien peu d’entre nous utilisent cet appel, ce cri de joie, et vivent cette parenté ! Il existe une livre-témoignage portant ce titre J’ai osé l’appeler Père. Oui, il faut oser, il faut entrer dans le sanctuaire librement comme nous entrons à la maison de nos parents, chez nous ! Nous ouvrons le frigo sous le regard complice de Maman qui semble nous dire : ne te gêne pas, tout est à toi ici, mange à ta faim.
-          Elle a de l’appétit cette petite ! Constate joyeusement sa mère.
Oui, grâce au sang de Jésus il n’y a plus de condamnation. Nos fautes anciennes sont totalement et à jamais effacées.

« Le sang coulant du Calvaire
Répandu sur nos cœurs,
Enlève chagrin et misère,
Purifie le pécheur. »

Jésus a pris sur lui la malédiction. Je suis libre de la peur, de la mort, de l’enfer.

                                                                                                           André SNANOUDJ

vendredi 23 janvier 2015

L’HOMME REGARDE A CE QUI FRAPPE LES YEUX !

« …ils n’ont aucune part à la peine des hommes…leur figure est débordante de graisse… » Psaume 73 :5

Asaph, le psalmiste, était sûrement de condition humble. La vie était dure à cette époque. Tout le monde ne mangeait pas à sa faim ! Des problèmes élémentaires se répercutant sur la santé surgissaient. Le combat pour la vie était permanent.
Dans ces conditions Asaph était davantage enclin à la jalousie…il constatait l’existence d’une autre race d’hommes se prélassant, dégustant les meilleurs mets. Replets et repus. Satisfaits et corrompus ils allaient leur chemin, tranquilles jusqu’à leur mort.
Où donc était l’accomplissement de la justice de Dieu dans tout cela ? Où était sa récompense, lui murmurait le serpent ancien.
C’était  à la limite du supportable, mais Dieu ne l’avait pas lâché. Dieu lui avait donné le sens de la réflexion et il s’en servit. Asaph avait un capital à sa portée, une connaissance qu’il avait accumulée au fil de son attachement à Dieu. Son héritage lui vint donc en aide.
Il semble qu’aujourd’hui beaucoup de chrétiens n’ont pas su accumuler d’héritage spirituel. « Va vers la fourmi, paresseux, considère ses voies et deviens sage. » Proverbes 6 :6
La fourmi travaille l’été pour l’hiver. La chose est dite expressément.
Amasse ainsi, comme elle, des réserves indispensables afin de pouvoir en tirer, dans le mauvais jour, des trésors nouveaux et des trésors anciens.