vendredi 19 septembre 2014

PRET !

Lecture biblique : Actes 21. 1-16
« Il a répondu : Que faites-vous là à pleurer et à me briser le cœur ? Je suis prêt non seulement à être emprisonné, mais encore à mourir à Jérusalem pour le nom du Seigneur Jésus. » (Actes 21. 13)

Comme le célèbre prophète Agabus avait prophétisé auparavant qu’il y aurait une grande famine sur toute la terre, ce qui s’est effectivement produit au temps de l’empereur Claude (Actes 11. 28), l’Eglise primitive le considérait comme l’un des plus grands prophètes de son temps. Aussi, lorsque mon Esprit l’a poussé à aller de la Judée à Césarée pour adresser à Paul cet avertissement prophétique, les proches de Paul ont été bouleversés. Tous ceux qui l’aimaient et qui étaient avec lui depuis longtemps étaient persuadés que toutes leurs craintes et leurs inquiétudes pour lui étaient fondées. Paul était bel et bien en grand danger !
Quand Agabus a pris la ceinture de Paul pour s’attacher les pieds et les mains avec, il a démontré clairement et sans ambiguïté son incarcération future. Il a même ajouté que l’apôtre serait livré aux non-Juifs.
Lorsque Paul a été arrêté par les Juifs dans le temple de Jérusalem après que cette prophétie ait été donnée, le commandant de la garnison romaine affecté à ce poste s’est emparé de lui et l’a attaché aux deux chaînes (l’une pour les mains de Paul, l’autre pour ses pieds), accomplissant ainsi à la lettre la prophétie d’Agabus.
Le plus grand test de Paul, en accomplissant ce qu’il sentait être son plus lourd et plus grand sacrifice, a été de voir ses bien-aimés compagnons souffrir à cause de lui. Quand ils ont entendu la prophétie d’Agabus, ils ont immédiatement pleuré à fendre l’âme, et ils ont supplié si vivement Paul de ne pas aller à Jérusalem, qu’il a à peine pu le supporter.
Tu ne souffriras pas seulement toi-même en répondant à mon appel. Tu es prête intérieurement à accomplir tous les sacrifices et même à offrir ta vie, mais tu sais que tes bien-aimés devront souffrir quand tu t’engageras totalement envers moi, et c’est très éprouvant. Les voir pleurer et se désoler à cause de ta consécration envers moi te brise le cœur, et certains ne comprennent pas que tu doives quitter ta famille et tes bien-aimés pour répondre à mon appel. Mais tu es liée par l’Esprit. C’est pour cette seule raison que Paul est parvenu à affronter l’esclavage des chaînes romaines.
Ne laisse pas les larmes des plus chers de tes compagnons délier les liens qui te soumettent à moi. Que leurs larmes et leurs supplications ne te fassent jamais renoncer aux vœux que tu m’as faits. Tu dois affronter ma Jérusalem. C’est ma volonté. Tu n’es pas seule. Je suis avec toi.

                                                        Gwen Shaw

jeudi 18 septembre 2014

FAIRE SES ADIEUX

Lecture biblique : Actes 20. 36-38
« Ils se jetaient au cou de Paul et l'embrassaient, attristés surtout parce qu'il avait dit qu'ils ne verraient plus son visage. » (Actes 20. 37b, 38a)

Oui, mon enfant les adieux sont toujours tristes. Pour toi, il est difficile de renoncer à une belle amitié pleine d’amour et de confidences.
Mais les adieux sont toujours nécessaires, car tu vis dans une demeure temporaire. Tant que tu ne seras pas au ciel, tu devras te séparer de ceux qui te sont chers. Mais prends courage. Comme tu vis dans un monde provisoire, même tes « Au revoir » le sont aussi, car dans l’au-delà, tu rejoindras tous les autres êtres vivants, certains uniquement devant le trône du jugement, d’autres pour toute l’éternité. Et tes relations avec eux seront bien meilleures et plus harmonieuses qu’ici-bas, où les imperfections entachent tes amitiés. Au ciel, tous les esprits seront parfaits.
La véritable amitié est la fusion de deux esprits, et non de deux corps. C’est pour cela que deux corps, même proches de la perfection, peuvent être en désaccord et même se détester.
L’amour est inspiré par l’esprit et non par le magnétisme corporel. C’est pourquoi tu peux me consacrer ta vie et continuer à aimer ardemment après la « mort ».
N’hésite pas à ouvrir ton cœur aux autres, et ne pense pas que parce qu’un bien-aimé t’a quitté ou qu’il est entré dans l’éternité, tu l’as « perdu » une fois pour toutes, car ce n’est pas vrai. La véritable amitié est éternelle. Elle est cimentée par moi, qui vous enlace tous les deux, ton bien-aimé et toi. Dans les prochains jours, prépare-toi à faire beaucoup de tristes adieux, mais ne t’afflige pas trop, car tu retrouveras ceux que tu aimes, et ce sera un jour de grande joie.

                                                        Gwen Shaw

mercredi 17 septembre 2014

LIBRE DU SANG DES HOMMES

Lecture biblique : Actes 20. 26-35
« C'est pourquoi je vous déclare aujourd'hui que je suis pur du sang de vous tous. » (Actes 20. 26)
        
Rares sont mes enfants qui peuvent affirmer qu’ils sont libres du sang de tous les hommes.
J‘ai dit à Ezéchiel que s’il n’incitait pas le méchant à renoncer à ses mauvaises voies pour avoir la vie sauve, il mourait dans ses péchés et Je lui redemanderais son sang (Ezéchiel 3. 18).
Le sang de générations entières d’âmes perdues est sur mes enfants. Cette génération compte davantage d’âmes perdues que toute autre. En 2011, des nations comme la Chine (1,3 milliard d’habitants), l’Inde (près d’1,2 milliard), le Bengladesh (150 millions), les Philippines (près de 100 millions), l’Indonésie (près de 250 millions), le Japon (128 millions), la Malaisie (28 millions), etc… totalisaient des multitudes d’âmes. L’Asie à elle seule comptait près des deux tiers des sept milliards d’âmes de cette planète, et ces chiffres sont en constante augmentation. J’ai besoin de missionnaires, d’hommes comme Paul et de femmes comme Priscille qui accompliront mon œuvre avec un cœur consacré à ma cause et un grand amour pour les perdus. Malheureusement, rares sont ceux qui s’y intéressent, qui prient, donnent et se sacrifient afin d’envoyer des missionnaires. Je veux vous envoyer comme des flambeaux qui éclaireront tous les pays de la terre, même les plus reculés, mais chacun ne pense qu’à ses propres affaires.
J’ai parlé à A. C. Jeffries, mon pionnier missionnaire en Indonésie, dans un rêve. Je lui ai montré les millions d’âmes qui se dirigeaient vers l’enfer. Quand il s’est réveillé, il a vu du sang sur ses mains. Il m’a une nouvelle fois consacré sa vie, malgré son âge avancé, et il s’est rendu en Inde, où Je me suis puissamment servi de lui. Je peux faire de toi une gagneuse d’âmes, quel que soit ton âge. Dis aux retraités de me consacrer leur vie et d’aller prêcher, enseigner et vivre pour moi parmi les âmes perdues de cette génération.
Mon enfant, Je peux t’envoyer partout où Je veux et t’ouvrir n’importe quelle porte. Rien n’est trop difficile pour moi. Ne te trouve pas d’excuses. Jeûne et prie afin d’avoir un fardeau pour les âmes perdues. J’ai besoin d’une armée. Je me servirai de tous ceux qui sont prêts à m’offrir leur vie. Mon Saint-Esprit travaillera à travers n’importe quel être humain, qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, d’un adulte ou d’un enfant.
Prie pour que Je te donne de l’amour et un fardeau pour les âmes perdues. Demande-moi une vision, car sans vision, le peuple périt (Proverbes 29. 18). Les anges s’affligent en voyant les multitudes qui vont en enfer. Ils pleurent pour ceux qui sont perdus. Cette année, davantage de gens sont allés en enfer que pendant des siècles autrefois. Rien que pour les millions d’Asiatiques, l’enfer est obligé d’élargir ses limites. Transmets ce fardeau à mon peuple. Réveille-le ! Je sonnerai l’alarme avec toi !

                                                        Gwen Shaw

mardi 16 septembre 2014

INEBRANLABLE

Lecture biblique : Actes 20. 24-25
« Mais je n’y attache aucune importance et je ne considère pas ma vie comme précieuse, pourvu que j'accomplisse [avec joie] ma course et le ministère que le Seigneur Jésus m'a confié : annoncer la bonne nouvelle de la grâce de Dieu. » (Actes 20. 24)

Ma chère et fidèle enfant, c’est moi qui t’ai fortifiée en Esprit, afin qu’aucune opposition, sous quelque forme qu’elle se présente, ne puisse te décourager.
Quand tu m’as dit « Oui » et que tu m’as donné ta vie, J’ai mis sur toi le sceau de mon Saint-Esprit pour que tu sois capable de respecter l’alliance de consécration que J’ai faite avec toi.
Rien n’aura le pouvoir de t’ébranler si tu es prête à souffrir et à supporter le rejet et les préjugés des autres contre ta vocation.
Ne la défends jamais ; ne cherche ni à prouver qui tu es, ni à démontrer que tu es qualifiée. Toutes ces actions sont indignes d’une personne de ton envergure et de ta valeur.
Quand les références de Paul ont été remises en question, il n’a pas riposté en dressant la liste de ses convertis, des villes dans lesquelles il a prêché, des nations qu’il a bouleversées ou de ses nombreux miracles de guérison. Il a prouvé son appel en souffrant et en endurant les persécutions pour moi.
Oui, beaucoup peuvent parler de leurs longues années de ministère à succès, des églises qu’ils ont bâties, des membres qu’ils y ont ajoutés, mais rares sont ceux qui peuvent montrer les blessures et les cicatrices des batailles qu’ils ont vaillamment menées.
Si tu ne comptes pas au nombre de ceux qu’on applaudit et qu’on acclame, ce n’est pas dû au hasard. Les hommes ne te considèrent pas comme une vedette, mais cela ne t’empêche pas de rester fidèle à ton appel, et aucune opposition humaine ne peut te détourner de ce que tu as résolu dans ton cœur.

                                                        Gwen Shaw

lundi 15 septembre 2014

LIE PAR L’ESPRIT

Lecture biblique : Actes 20. 22-23
 « Et maintenant voici que, lié par l'Esprit, je vais à Jérusalem, sans savoir ce qui m'arrivera. Je sais seulement que, de ville en ville, des liens et des souffrances m'attendent. » (Actes 20. 22, 23)

Lié par l’Esprit ! Tu ne peux ni faire ce qui te plaît, ni choisir ta propre voie. Ta vie est liée par l’Esprit. Depuis que le Saint-Esprit a dit : « Mettez-moi à part Barnabas et Saul pour la tâche à laquelle je les ai appelés », Paul a été lié par le Saint-Esprit après avoir jeûné à Antioche. J’ai accompli une si grande œuvre dans son esprit que ce dernier a été lié à mon Saint-Esprit.
Quand tu t’engages à faire toute ma volonté dans ta vie, un mariage se produit : ton esprit est uni au Saint-Esprit, dont il porte le sceau. Cela amène tout ton être à se soumettre à la volonté du Saint-Esprit pour le reste de ta vie. Il devient ton guide, ton consolateur, ton conseiller, ta puissance, ton protecteur. Dès lors, il agit dans ton existence ; il y plante des semences de grâce, en particulier celles de ma Parole, qui portent ensuite du fruit dans ta vie.
Beaucoup de personnes ont critiqué Paul d’être allé à Jérusalem alors qu’il avait souvent été prévenu des dangers qui l’attendaient. Mais il était « lié par l’Esprit », et pour lui, c’était la seule chose qui comptait. Je l’ai prévenu parce que Je suis fidèle à ceux que J’aime. Je ne les amène nulle part sans les avoir préparés à ce qui les attend. J’ai averti Paul afin qu’il puisse préparer son esprit à souffrir pour mon nom.
Moi aussi, Je connaissais mon avenir et Je savais ce qui m’attendait la dernière fois que Je suis allé à Jérusalem, mais ce n’est pas parce que tu sais que des souffrances t’attendent que tu dois tenter d’y échapper (Jean 12. 27).
Paul avait deux désirs : celui de mourir pour moi à Jérusalem et celui de se rendre à Rome. Mon Esprit a répondu à ses deux désirs. A Jérusalem, il a perdu son prestige, sa gloire, sa renommée et son honneur, puis il est allé à Rome. Si tu es liée par l’Esprit, aucune situation ne t’ébranlera.

                                                        Gwen Shaw

dimanche 14 septembre 2014

DANS LES MAISONS

Lecture biblique : Actes 20. 13-21
« J'ai servi le Seigneur en toute humilité, avec [beaucoup de] larmes et au milieu des épreuves que provoquaient pour moi les complots des Juifs. Vous savez que, sans rien cacher, je vous ai annoncé et enseigné tout ce qui vous était utile, en public et dans les maisons… » (Actes 20. 19, 20)

Mon bien-aimé serviteur Paul ne pouvait être aussi grand qu’il l’était qu’à cause de son humilité. Sans elle, il aurait été trop fier pour accepter la souffrance et endurer l’opprobre, mais il a persévéré malgré sa douleur.
Toi aussi, tu as été appelée à marcher sur ce même sentier d’humilité, de larmes et de tentations, en subissant également les « complots » de tes ennemis.
Satan a tenté bien des fois de détruire Paul par l’intermédiaire de ceux qui le haïssaient. Toi aussi, tu as expérimenté ce même genre de haine redoutable. C’est seulement en restant proche de moi et en ressentant mon amour que tu pourras avoir la force de vaincre les peurs qui risquent de t’assaillir, à cause des terribles vibrations que la haine de tes ennemis transmettra à ton esprit.
Paul n’a rien caché. Il a annoncé tout le conseil de Dieu. Non seulement il a prêché publiquement l’Evangile à de grandes foules, mais il a été assez humble pour le prêcher dans les maisons, même à quelques personnes. Ne sois jamais trop imbue de toi-même ou trop orgueilleuse pour enseigner et prêcher dans des réunions de maisons, car parfois, J’agirai avec plus de puissance dans une humble demeure que dans une synagogue ou une église. Sois toujours prête à me servir humblement partout où Je t’enverrai.

                                                        Gwen Shaw

samedi 13 septembre 2014

PARLER JUSQU’AU MATIN

Lecture biblique : Actes 20. 7-12
« Ensuite il est remonté, a rompu le pain et a mangé. Il a poursuivi ses entretiens jusqu'à l'aube, puis il est parti. » (Actes 20. 11)

La communion entre mes enfants leur donne un avant-goût du ciel. Les anges aiment rester auprès d’eux pour les écouter parler de ce qui glorifie mon nom. Si tu pouvais voir mes anges, tu constaterais qu’ils hochent la tête en souriant et qu’ils se souviennent de plusieurs choses merveilleuses que J’ai accomplies dans ta vie et dans celle de tes amis, qu’ils connaissent aussi bien que toi-même. Oui, ils savent même mieux que toi qui ils sont ! Et ils étaient auprès d’eux pour les aider lorsque tous ces prodiges ont eu lieu.
Mais quand tu critiques mes enfants et colportes des ragots à leur sujet, même si ce que tu dis est exact, les anges secouent la tête, mettent leurs doigts devant leurs lèvres et soupirent. Si seulement tu pouvais les voir, tu ravalerais les paroles qui coulent si abondamment de tes lèvres. 
C’est pourquoi tu te sens si mal à l’aise après avoir dit du mal de l’un de mes enfants. Tu as beaucoup attristé les anges, qui savent que tu ignores une grande partie de l’histoire. Tu juges sans avoir toutes les preuves. Et tu ressens les vibrations de la souffrance des anges, ce qui t’attriste à ton tour. Ce qu’ils veulent, c’est que tes propos provoquent la joie et la victoire.
Dans Malachie 3. 16, il est dit que lorsque tu parles des glorieuses choses de Dieu, Je suis attentif et J’écoute. Toutes ces conversations spirituelles sont même écrites pour toujours. Les véritables joyaux de mon royaume sont ceux de mes enfants qui font en sorte que leurs conversations glorifient systématiquement le Seigneur.
Paul avait beaucoup de choses à dire à mes enfants de Troas. Il y avait passé une semaine, mais le dernier jour, ils voulaient continuer à discuter avec lui. Quand Eutychus avait été ressuscité d’entre les morts, cela les avait tellement enthousiasmés qu’ils n’avaient plus du tout sommeil. Ils ont pris un en-cas au milieu de la nuit et ont continué à parler jusqu’à l’aube. Il y avait tant de miracles à raconter, tant de bénédictions à évoquer, tant de réponses aux prières à partager ! Ne crains pas de parler de moi toute la nuit, même si tu dois partir le lendemain. Souviens-toi de Philippiens 4. 8 : « Enfin, frères et sœurs, portez vos pensées sur tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est digne d'être aimé, tout ce qui mérite l'approbation, ce qui est synonyme de qualité morale et ce qui est digne de louange. »

                                                        Gwen Shaw

vendredi 12 septembre 2014

FORME LES AUTRES PAR L’EXPERIENCE

Lecture biblique : Actes 20. 1-6
 « Il avait pour l'accompagner [jusqu'en Asie] Sopater de Bérée, [fils de Pyrrhus,] Aristarque et Secundus de Thessalonique, Gaïus de Derbe, Timothée, ainsi que Tychique et Trophime, originaires d'Asie. » (Actes 20. 4)

Sept hommes ont accompagné Paul lors de son troisième voyage missionnaire rapporté dans les Actes. Examinons chacun d’eux de plus près :
Sopater venait de Bérée, la ville macédonienne proche de Thessalonique dont les habitants étaient « plus nobles » que les Thessaloniciens, puisqu’ils ont accueilli la Parole avec beaucoup d’empressement et qu’ils ont examiné chaque jour les Ecritures. C’est aussi à cet endroit qu’un grand nombre de femmes et d’hommes en vue ont cru en Dieu (Actes 17. 11, 12). Sopater signifie : « vie du Père ».

Aristarque venait de Thessalonique. Dans Actes 27. 2, il était avec Paul lorsqu’il a été embarqué sur un navire à Césarée afin d’être incarcéré à Rome. Dans Colossiens 4. 10, Paul l’appelle son compagnon de détention. Il est aussi mentionné dans Philémon 24. Aristarque signifie « le meilleur dirigeant, le meilleur gouverneur ». Lui aussi a été arrêté à Ephèse et entraîné au théâtre (Actes 19. 29).

Secundus : il venait de Thessalonique et n’est mentionné que
dans ce passage. Son nom signifie : « le second ».

Timothée, de Derbe et de Lystre, était comme un fils pour Paul. Son nom signifie : « qui adore Dieu, honoré de Dieu ».

Gaïus de Derbe est mentionné dans Romains 16. 23 en tant qu’hôte de Paul. Il a également été arrêté à Ephèse avec Aristarque (Actes 19. 29). Il a été baptisé par Paul (1 Corinthiens 1. 14)  et 3 Jean a été écrit à un bien-aimé ancien nommé lui aussi Gaïus. Ce nom signifie : « homme de cette terre ».

Tychique a apporté aux Ephésiens la lettre de Paul (Ephésiens 6. 21). Paul l’a appelé un frère bien-aimé et un fidèle serviteur dans le Seigneur (Ephésiens 6. 21, 22). Il a également porté la lettre de Paul aux Colossiens (Colossiens 4. 7), et il a été désigné comme « notre frère bien-aimé, un serviteur fidèle et mon compagnon de service dans le Seigneur ». Paul a déclaré l’avoir envoyé pour prendre des nouvelles des Colossiens et pour réconforter leurs cœurs. Dans 2 Timothée 4. 12, il a expliqué qu’il l’a fait aller de Rome à Ephèse. En écrivant à Tite, Paul lui parle de lui envoyer Tychique pour que Tite le rejoigne ensuite à Nicopolis (Tite 3. 12). Son nom signifie : « chanceux ».
.
Trophime : il venait d’Ephèse. Il a accompagné Paul lors de son dernier voyage à Jérusalem, où il a été arrêté (Actes 21. 29). Paul a expliqué à Timothée qu’il avait dû laisser Trophime à Milet parce qu’il était malade (2 Timothée 4. 20). Son nom signifie : « nourri ».
Paul a pris ces hommes avec lui pour les former à la haute vocation de Dieu. Ils venaient de plusieurs villes, parlaient différentes langues et étaient issus de milieux variés. Ils n’avaient ni le même âge, ni la même nationalité. Paul savait que la meilleure manière de leur donner une vision missionnaire était de les emmener avec lui lors de ses voyages. Ils ont souffert avec lui, ont été arrêtés à sa place, faussement accusés, jetés en prison avec lui. Ils ont été malades, ils ont navigué et enduré des naufrages, souffert du froid et de la chaleur et connu la joie de me servir.
Paul leur a fait confiance pour porter ses lettres (ou épîtres) aux Eglises et pour faire un rapport véridique aux chrétiens.
Je veux que tu formes ceux que Je t’ai donnés en leur faisant partager tes voyages, tes souffrances, ton rejet. L’expérience est un pédagogue hors pair. Ne t’imagine pas qu’une seule personne est indispensable dans son travail. Je peux me servir de mes vases comme Je le souhaite.
Certains réussiront, d’autres renonceront et te décevront. N’hésite pas à prendre avec toi dans tes voyages missionnaires tous ceux que J’ai appelés à cette mission.

S’il te plaît, reviens travailler avec moi ;
Les champs sont blancs et j’ai besoin de toi ;
Gagnons ensemble cette moisson d’or,
J’ai besoin de toi, tu le sais.

Jadis, nous moissonnions ensemble,
Nous semions les graines main dans la main,
Souriions, riions et pleurions comme des sœurs,
Mais maintenant, je travaille de nouveau seule.

Tu disais être ma fidèle fille,
Tu m’avais promis de partager mon fardeau,
Mais parvenue au sommet, tu t’es éclipsée
Et tu m’as laissé poursuivre seule mon chemin.

N’entends-tu pas mon appel ?
Ton cœur m’a-t-il oubliée ?
Dois-je travailler jusqu’au crépuscule
Seule, sans que tu m’accompagnes ?

                                                        Gwen Shaw

jeudi 11 septembre 2014

FORMER DES PROJETS

Lecture biblique : Actes 19. 21-41
« Après ces événements, Paul forma le projet d'aller à Jérusalem en traversant la Macédoine et l'Achaïe. Quand j'y serai allé, disait-il, il faudra aussi que je me rende à Rome. » (Actes 19. 21)

Mon enfant, tu dois décider résolument de réaliser ma volonté pour ta vie.
Paul projetait de se rendre à Jérusalem, puis à Rome pendant qu’il était à Ephèse. Après cela, il a dû parcourir de très grandes distances et attendre de nombreux mois pour me servir en Macédoine et en Grèce, mais jamais il n’a oublié ce qu’il avait projeté intérieurement et ce qu’il avait résolu de faire.
Toi aussi, tu dois t’attacher fermement aux projets que J’ai mis dans ton cœur. Ne regarde ni à droite ni à gauche. Souviens-toi toujours que les obstacles d’aujourd’hui ne doivent jamais te faire oublier ta vision d’hier.
Paul était loin de se douter du prix qu’il devrait payer et des terribles souffrances qui l’attendaient. Il allait devoir supporter les coups, de longues années de prison, une grande solitude et l’éloignement de son cher « fils » Timothée, auquel il était plus attaché qu’à tout autre. Paul, cet « esprit libre » qui n’était soumis à aucune direction apostolique (Galates 1. 16, 17 et 2. 6, 11) et à aucune direction humaine, allait devenir mon prisonnier pendant des années. Cet apôtre qui n’hésitait pas à s’embarquer pour les destinations les plus lointaines serait consigné dans la cellule d’une prison pendant des années. Lui qui aimait le vent, les rayons du soleil, les étoiles, la pluie croupirait dans un sombre cachot. Lui qui aimait lire, étudier et discuter regretterait de ne pas avoir un seul manuscrit pour égayer son âme ni un seul ami à qui parler.
Paul n’a pu endurer ces années de souffrances que parce qu’il avait projeté d’aller à Rome. Ne laisse rien ni personne t’empêcher d’accomplir la mission que J’ai mise dans ton cœur !

                                                        Gwen Shaw

mercredi 10 septembre 2014

DES MIRACLES EXTRAORDINAIRES

Lecture biblique : Actes 19. 1-20
« Cela dura deux ans, si bien que tous les habitants de l'Asie, juifs et non-juifs, entendirent la parole du Seigneur. Dieu faisait des miracles extraordinaires par les mains de Paul. » (Actes 19. 10, 11)

Auparavant, jamais rien de tel ne s’était produit. Quand mon serviteur Paul est allé dans la grande ville d’Ephèse, J’ai ouvert toutes grandes les vannes de ma gloire sur sa vie.
« L’intervention de la loi a entraîné la multiplication des fautes, mais là où le péché s’est multiplié, la grâce a surabondé » (Romains 5. 20). Oui, même dans cette grande ville pleine d’idoles, J’ai déversé mon Esprit avec puissance. Il y aura toujours des endroits où Je pourrai agir plus puissamment que dans d’autres.
Tout a commencé lorsque Priscille et Aquilas sont arrivés là quelques mois plus tôt. Grâce à leur enseignement et à leurs prières, ils ont posé des fondements dans cette ville (Actes 18. 24). Ils m’ont prié d’y ramener Paul, car ils avaient été témoins des nombreuses œuvres que J’avais accomplies à Corinthe pendant les deux ans et demi où Paul était avec eux (Actes 18. 11). Mais jamais un réveil accompagné de signes et de prodiges parmi les non-Juifs n’a été comparable à celui d’Ephèse. Ce fut le plus grand réveil de l’apôtre Paul. Il secoua toute l’Asie Mineure.
C’est à la suite de ce réveil que les sept Eglises de l’Apocalypse se formèrent dans la région.
Ne sois pas perturbée en constatant que les plus grands réveils éclatent à certains endroits, plus qu’à d’autres. J’accomplirai mon œuvre à des moments et selon des manières qui répondront à certains besoins et correspondront à certaines périodes.
J’ai réalisé des miracles exceptionnels par les mains de Paul pour maintes raisons. Quand Je t’enverrai de pays en pays, tu verras ma puissance agir davantage en toi en certains lieux qu’en d’autres, sache-le. Je bénirai ta vie, ton ministère et ceux vers lesquels Je t’enverrai.

                                                        Gwen Shaw