samedi 4 juillet 2015

Suite…

  
En 5 ans, le monde a terriblement changé, en mal! Si nous nous conformons au monde, nous  sombrerons et périrons avec lui. Si nous nous conformons à la Parole de Dieu, nous vivrons par elle, et par Lui. NOUS NOUS EN SORTIRONS, nous avons du prix aux yeux de Dieu. Il entendra nos cris et nous exaucera. Les versets de Philippiens 4:6-7 seront aussi notre héritage: "Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ".
Le Seigneur gardera nos pensées des inquiétudes et du malin, Dieu nous donnera des victoires  semblables à celles de Jéricho par l'obéissance au Saint-Esprit, nous renverserons des murailles, des forteresses. Notre combat n'est pas charnel mais spirituel. Si nous sommes charnels nous n'avons aucune force. Jéricho fut vaincu par l'obéissance et la louange. Dieu n'a pas besoin de nos forces physiques ou charnelles pour renverser les forteresses, Il a besoin de notre obéissance à son Esprit. Il a besoin de nous voir à Ses pieds, cherchant Sa direction à l'aide de sa  Parole. " Quand je suis faible, c'est alors que je suis fort" disait l'apôtre Paul. La faiblesse était devenue son quotidien. Nous n'aimons pas être faibles. Faible ne signifie pas fatigué, mais sans possibilité humaine. C'est quand je suis dépouillé de moi que je revêts totalement Christ.
NOUS ALLONS NOUS EN SORTIR, si nous nous repentons de nos péchés et faisons abstraction de tout ce qui est impur et qui bloque notre relation avec Dieu.
Il y a des chrétiens qui meurent avant d'avoir accompli leur "destinée" parce qu'ils s'étaient obstinés à vivre leur vie. Laissons-nous couler dans la rivière de Dieu, Ezéchiel 47:2-5
Changeons nos pensées, nos attitudes, et nous serons vainqueurs sur toute la ligne. Accompagnons nos décisions d'un jeûne de Daniel et de la prière.



vendredi 3 juillet 2015

Nous allons nous en sortir car Dieu sait délivrer de l'épreuve les hommes pieux.
Pieux ne signifie pas religieux, mais pieux signifie: qui a recours à tout ce qui est droit, juste, propre, bienséant.

"Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l'approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l'objet de vos pensées. Ce que vous avez appris, reçu et entendu de moi, et ce que vous avez vu en moi, pratiquez-le. Et le Dieu de paix sera avec vous;" Philippiens 4:8

Voici une liste de bonnes choses à travailler chaque jour de notre vie pour avoir une vie triomphante et pour résister au diable au jour où ses traits enflammés viennent contre nous.
D'abord, tout ce qui est vrai, honorable, juste. Tout ce qui est vrai, c'est Christ: "Je suis le chemin, la Vérité et la vie". En Lui nous devons et pouvons être vrais. Si nous ne le sommes pas, alors nous vivons dans le mensonge. Par exemple: si, en secret, tu regardes une femme ou un homme pour "le convoiter", tu es en danger de mort. Si, en cachette de ta femme ou de ton mari, ou avec, tu te souilles devant les sites porno, si tu es dans le mensonge tu es sorti du cadre de la vérité, tu n'es plus honorable, ni juste devant Dieu et devant toi-même. Tu es rentré dans le cycle du mensonge.
Ce matin, au lever, le Seigneur remettait dans ma bouche un très vieux cantique que je chantais lorsque j'avais 20 ans: " Seigneur, purifie mon âme, sanctifie…", et soudain je réalisai que nos chants modernes ne parlent jamais de sanctification ni de purification. Alors, si la Parole de Dieu chantée n'est pas en nous, comment l'Esprit Saint pourrait-t-il œuvrer? Entendez-vous beaucoup de sermons sur la sainteté? Ces sermons-là sont ringards, vieux jeu. Ils contrarient l'être charnel, les chrétiens n'en veulent plus: " le Pasteur n'est pas payé pour cela, mais pour nous dire de bonnes choses!" Satan affaiblit le peuple de Dieu pour mieux le descendre.

Amis, frères et sœurs, Satan sait qu'il en a pour peu de temps et il est dans une grande colère contre les nations, contre les hommes: actes terroristes dans les aéroports, dans les lieux de vacances, les bus, les trains (vous le savez). Il affaiblit par la maladie mentale, la maladie du corps, les jeunes et les plus âgés. Il y a de plus en plus d'enfants isolés et de violeurs….

jeudi 2 juillet 2015

Le jeûne individuel est un appel personnel. Par Sa grâce toute puissante, le Saint-Esprit nous aide à le mettre en pratique. Le détonateur sera multiple : ce pourra être une grande soif de Dieu, un désir intense de voir nos problèmes physiques prendre fin, une recherche de solutions à des problèmes familiaux. Voici un exemple d’un jeûne personnel :
Anne était humiliée par Peninna, sa rivale, parce qu’elle était stérile. Elle pleurait et ne mangeait pas :
« Et toutes les années il en était ainsi. Chaque fois qu’Anne montait à la Maison de l’Eternel, Peninna la mortifiait de la même manière. Alors elle pleurait et ne mangeait pas ». 1 Samuel 1 :7
Dieu l’entendit, et Eli lui annonça que, l’année suivante, à la même heure, elle aurait un fils. Le jeûne accompagné de la supplication fait bouger le doigt de Dieu.
Dans le Nouveau Testament, une autre Anne, veuve et âgée, servait Dieu dans le Temple, nuit  et jour, par des jeûnes et des prières.
« Restée veuve et âgée de 84 ans, elle ne quittait pas le temps, et elle servait Dieu nuit et jour dans le jeûne et dans la prière » Luc 2 :37

Anne avait trouvé un style de vie exceptionnel pour une femme âgée. Elle restait toujours jeune. Elle avait une vision. Elle attendait le Messie d’Israël. L’Esprit Saint l’avait suscitée pour intercéder. Elle aurait pu rester chez elle, mais non, elle voulait le voir, elle savait dans son être intérieur qu’Il apparaîtrait dans le Temple, c’est pourquoi elle ne le quittait pas. Sa nourriture devait se limiter à du pain, des fruits secs, des boissons… suffisamment pour vivre.

mercredi 1 juillet 2015

La prière change les cœurs les plus durs.
Je donnerai à ce propos un témoignage personnel que je n’oublierai jamais :
En 78, toute l’équipe Impact avait jeûné et prié pour un besoin matériel pressant, concernant une facture importante qui devait couvrir du matériel de duplication de cassettes. A 16h, je n’avais encore aucune conviction que Dieu avait répondu.  Mon cœur était incertain. Je n’avais aucune intention de demeurer plus longtemps dans cette position de prière infructueuse. J’ouvris la Bible, au chapitre 14 de l’Evangile de Jean verset 14 : « Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai » dit Jésus.
Je posai ma main sur cette parole, la déclarai à haute voix, la confessai devant les autorités, les principautés de ténèbres qui bloquait l’argent. Je déclarai qu’à cet instant même l’argent était débloqué et que Dieu pourvoyait aux besoins pressants de son œuvre. Je dis à l’équipe : « remercions le Seigneur qui nous a exaucés ». Cette journée de prière se termina là. Dans les jours qui suivirent cette déclaration, le Seigneur couvrit cette facture.
Voyez, tant que j’étais en proie à mes pensées incrédules je n’avançais pas dans la foi. Dès que je décidai de m’appuyer sur la Parole pour la confesser, ce fut gagné.
Confessons, déclarons. Mais, sur sa Parole.

Ceci est une façon efficace de vaincre nos fausses impressions, une façon efficace de nous placer au niveau de la volonté du Père en confessant et déclarant sa Parole avec foi, bien sûr.
 Soyons actifs dans la prière.
Pierre dit à Jésus :
« Sur ta Parole je jetterai le filet ». 

mardi 30 juin 2015

Suite…



Cette montée du désert de l’Epouse de Christ dans ses vapeurs de myrrhe et d’encens, c’est bien nous, investis de la royauté divine. Christ est le Chef de l’Eglise (Ephésiens 5 :23).
Ce désert, c’est celui de ce monde dans lequel nous vivons. Fermons les yeux quelques instants et réalisons la beauté de ce texte. Quel metteur en scène pourrait réaliser un tel tableau ? il faudrait en tous cas des colonnes de fumée au milieu d’écluses d’eau qui dégageraient par un système de brumisateur des vapeurs de myrrhe et d’encens.
L’esthéticienne qui utilise à l’aide de son brumisateur la myrrhe pour les soins de beauté de sa cliente, le fait à dose infinitésimale. Alors qu’il est question de tonnes d’eau amassées dans l’atmosphère, nécessaires à la vaporisation de la myrrhe. L’Epouse de Christ est enveloppée de cette fraîcheur parfumée au sein même de ce désert. Que nos déserts de souffrances, de longue patience, de persévérance, se transforment par notre attitude en une telle fontaine de Jouvence, d’amour, de renouvellement.
Pensez-y au milieu de vos épreuves. Confessez ces vérités pour vous, mes amis.



lundi 29 juin 2015

« Chaque jeune fille allait à son tour vers le roi Assuérus, après avoir employé douze mois à s’acquitter de ce qui était prescrit aux femmes ; pendant ce temps, elles prenaient soin de leur toilette, six mois avec de l’huile de myrrhe, et six mois avec des aromates et des parfums en usage parmi les femmes ». Esther 2 :12


Six mois de purification avec de l’huile de myrrhe, et six mois avec des cosmétiques et des aromates. Une année de préparation !
Que cette année de préparation soit aussi la nôtre. Cette huile de myrrhe que les préposées princesses ou concubines utilisaient nous rappelle le Cantique des cantiques : Mon bien-aimé est un bouquet de camphre entre mes seins ».
Le sein : symbole de la maternité, de l’allaitement, de l’enfantement.
Les « Esther» spirituelles, ou Epouse de Christ, sont spirituellement tout cela. C’est par beaucoup de temps passé dans la présence de notre Seigneur Jésus que se développe en nous le ministère de l’enfantement spirituel. Les heures de mise à part aux pieds du Maître sont autant de toilette spirituelle, de temps sanctifiés, d’onction de Dieu, de parfums…répandus plus tard sur les malheureux.

« Qui est celle qui monte du désert, comme des colonnes de fumée, au milieu des vapeurs de myrrhe et d’encens et de tous les aromates des marchands ? »

L’Epouse n’est-elle pas celle-là ? Voyez l’analogie entre les «Esther» et la plus belle des femmes, l’Epouse de Christ. Les deux types de spiritualité sont baignés dans les vapeurs de myrrhe. Dans le texte d’Esther, les femmes utilisaient l’huile de myrrhe pour purifier leur corps. Les aromates destinées  à embaumer le corps de Jésus comprenaient de la myrrhe et de l’aloès (Jean 19 :39). Les anciens employaient la myrrhe pour embaumer les cadavres. Les mages d’Orient apportèrent de la myrrhe à l’enfant Jésus (Matthieu 2 :11).
La myrrhe avait une vertu calmante, soporifique ; le vin mélangé de myrrhe avait une action enivrante. Sur la Croix, Jésus, le crucifié, refusa le vin mêlé de myrrhe qu’on lui offrait pour diminuer ses souffrances (Marc 15 :23).
Il est intéressant de s’attarder sur l’importance de la myrrhe et de bien l’assimiler dans notre vie spirituelle à une action calmante, purificatrice dont Christ est l’unique auteur que je traduirai par ces paroles : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne…car le prince de ce monde vient. Il n’a rien en moi » Jean 14 :27

Cette myrrhe, pour nous, c’est Jésus, c’est cette onction de l’Esprit Saint, totalement libératrice, c’est aussi le vin doux de la Pentecôte, cette enivrante onction qui fait de nous des fils et des filles de Roi, revêtus de la puissance, selon Luc 19 : « Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et sur les scorpions et sur toute la puissance de l’ennemi. Et rien en pourra vous nuire ».

dimanche 28 juin 2015

L’esprit d’accusation est associé à l’esprit de tristesse, mais aussi au manque de respect envers soi ou envers les autres. J’ai rencontré des personnes qui accusaient les autres. Façon diabolique de se décongestionner de leur fardeau personnel pour les charger sur les épaules des autres.
L’esprit accusateur est méchant. 1 Corinthiens 13 nous parle de l’amour qui ne soupçonne pas le mal. L’esprit d’accusation met mal à l’aise les personnes qu’il scrute avec un œil médisant. Il y a trois façons de regarder quelqu’un :

-          Avec un œil approbateur
-          Avec indifférence
-          Avec accusation et médisance.

Pour se libérer d’une éducation culpabilisante, il faut tout d’abord prendre conscience de notre lacune dans ce domaine, en acceptant de repartir à zéro dans notre façon de voir les choses. Ensuite, s’accepter soi-même dans un respect total, reconnaître que nous sommes une créature de Dieu magnifique, qu’il a créé en nous tous les éléments de la réussite par le moyen de notre corps, réelle structure et schéma de sa totale connaissance, qu’il a animé ce corps d’une âme et d’un esprit, esprit qu’il a  régénéré par Christ notre Sauveur, mort sur la Croix. Notre approche vers le Seigneur régénère cette âme et cet esprit. La Parole de Dieu prononcée, déclarée, compensée vivifiera tout notre être. Il revivra des sensations et des joies nouvelles. Tel un rosier émondé en novembre repousse plein de force et de roses en mai, en sera-t-il de nous si nous rejetons de nos pensées tout le négatif placé et vécu, si en échange, nous y plaçons les paroles vives et efficaces de Jésus Roi. Le sang de Jésus a la vertu d’effacer. Le don du Saint-Esprit a le pouvoir d’insuffler en nous des pensées positives de la Parole de Dieu.


samedi 27 juin 2015

L’esprit de culpabilité vient avec une voix qui, parfois, semble être celle du Saint-Esprit. Il utilisera des TABOUS religieux pour troubler notre âme.
Je me souviens, comme si c’était hier, d’un merveilleux moment de prière, dans le cadre magnifique des Pyrénées. Le Seigneur me revêtit de sa douce présence, me disant qu’un jour j’exercerai le don des guérisons. Alors que j’étais imprégnée de ce rhéma, un esprit d’accusation vint me faire remarquer que je ne pourrai jamais prier pour les malades avec la bague que je portais, que je porte toujours ! Depuis, des centaines et des milliers de personnes ont reçu toutes sortes de guérisons. Cette simple bague de fiançailles de ma grand-mère n’a nullement gêné le Saint-Esprit pour opérer au travers de son  instrument. Satan voulait voler la promesse que j’avais reçue de mon Père Céleste ce jour-là.  Plus tard, il revint à la charge avec la même séduction, mais je lui résistai de la même manière. Si j’avais cédé à cet esprit séducteur et mauvais, il m’aurait imposé de nouveaux interdits.
L’esprit de culpabilité n’est jamais rassasié, il est aussi associé à l’esprit d’incrédulité, de dépouillement, de pauvreté, de suspicion, de destruction. Il est le contraire de l’abondance de joie que Jésus est venu nous apporter en tant que Sauveur et Berger. « Jésus leur dit encore : En vérité, en vérité, je vous le dis, Je suis la porte des brebis. Toux ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands ; mais les brebis ne les ont point écoutés. Je suis la porte.  Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages. Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire ; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance ». Jean 10 : 7-10
Le fils prodigue ne reçut-il pas un anneau d’or de son père, symbole de l’alliance ? Ne fut-il pas revêtu de beaux vêtements ? Le père ne lui dressa-t-il pas une belle table ? N’a-t-i pas apprêté un veau gras pour célébrer son retour ? N’ont-ils pas dansé à la gloire de Dieu ?  Alors, pourquoi nous laisserions-nous accabler par des esprits séducteurs ?

L’esprit de culpabilité puise ses accusations dans un vécu réel ou d’un réel enseigné. C’est à nous de faire l’équilibre avec la voix de Dieu parlée et écrite. C’est à nous de sonder les Ecritures, de les connaître et de les accepter.

vendredi 26 juin 2015

Nous avons tellement entendu de polémiques concernant Dieu le Père. A t-il une forme ? N’en a t-il pas ? Est-il seulement Esprit ? Personnellement, dès le jour où j’ai vu Jésus j’ai saisi le Père sans l’avoir vu. Mon esprit renouvelé, sanctifié, a vu le Papa du ciel avec lequel mon âme communie, parle, partage. Jésus a dit qu’il était venu pour nous amener à « Abba ». Jésus se présente, dans l’Evangile de Jean, au chapitre 16 et au verset 17, comme l’intermédiaire, le médiateur. Jésus est notre Sauveur, le Fils bien-aimé du Père (Papa). Nous sommes grâce à Lui, en mesure de parler à papa, de L’aimer.
« Son trône était comme des flammes de feu ». Daniel 7 :9. Une amie m’a offert un lampadaire, une création de son mari : une magnifique flamme de feu d’1m de haut, dans laquelle se cache une ampoule diffusant une lumière tamisée. C’est vraiment splendide ! J’imagine aisément la réalité de flammes en forme de trône, sur lequel notre Papa est assis.

Dieu est réellement un Père. Il a fait l’homme à son image, et son image est celle de l’homme. Dieu ne pouvait qu’élever spirituellement et physiquement une créature faite à sa ressemblance. Dès ma nouvelle naissance, j’ai réalisé Dieu comme un Père. Et je désire le faire connaître comme Papa, mon papa. Abba : Père ! Un père n’est pas seulement un esprit seulement ou une énergie, mais Dieu est notre géniteur. Nous avons besoin d’un face à face pour avoir une communion. Pouvons-nous avoir un face à face avec une énergie, une puissance, une centrale nucléaire ? Impossible ! Dieu a fait l’homme à Son image et l’image de l’homme est Dieu. C’est pourquoi tous ceux qui ont vu Dieu ont confirmé qu’il était le géniteur de l’homme qu’Il a fait à sa ressemblance. Dieu a aussi incarné son Fils Jésus à Son image pour racheter l’homme créé à leur image.  Eloïm signifie en hébreu : Dieu dans une forme pluriel.
Vraiment, notre Père possède le plus grand auditoire du monde. Il connaît tous les siens, même s’ils sont des myriades ! Une myriade équivaut à dix mille, mais le plus souvent exprime une quantité qui ne peut être chiffrée.
« Mille milliers le servaient, et des myriades se tenaient en sa présence ». Cela veut dire qu’il y aura une différence entre ceux qui seront admis au service du Roi et ceux qui seront sauvés « au travers du feu ».
Persévérons afin de régner avec Lui (2 Timothée 2 :12).


jeudi 25 juin 2015

Daniel a plus de quatre-vingts ans…Après une période creuse il retourne à la cour de Babylone pour gouverner, sous le règne de Darius. Dès le départ, le diable place des embûches sous ses pieds. Jaloux, les chefs et les satrapes lui tendent un piège. Par une voie détournée, ils demandent au roi de publier une sentence d’interdiction, avec une défense sévère portant que quiconque, dans l’espace de trente jours, adressera des prières à quelque dieu ou quelque homme, excepté au roi, sera jeté dans la fosse aux lions. Le roi ignore qu’ils préparent un piège à Daniel. Darius signe le décret et la défense. Mais Dieu a tout sous son contrôle. Il le permet. Daniel est au courant comme tout un chacun. Les Ecritures nous disent qu’il se retira dans sa maison, où les fenêtres de la chambre supérieure étaient ouvertes en direction de Jérusalem. Et trois fois par jour il se mettait à genoux, il priait et louait son Dieu comme auparavant.
Daniel brave cet interdit. Pour lui, c’est l’Eternel d’abord ! Il sait que s’il recule, il perdra tout crédit auprès de Dieu et comprend que sa situation spirituelle serait pire que de mourir. Il réalise ce à quoi il s’engage en priant les fenêtres grandes ouvertes. Daniel n’a pas honte de son Dieu. Jésus a dit : Quiconque aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et perverse, le Fils de l’homme aura aussi honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père, avec les anges ».
Marc 8 :38
Examinons bien nos cœurs afin qu’ils ne tombent pas dans la lâcheté. Beaucoup d’enfants de Dieu craignent de parler de leur foi à leurs voisins, à leurs collègues de travail. Dans l’église, ils se rangent toujours derrière le plus fort.
« Celui qui me confessera devant les hommes, je le confesserai devant mon Père qui est dans les cieux ».
Le reniement est plus coupable que l’ignorance. Cette sorte d’état d’âme est aussi appelée dans la Parole : LA LACHETE.

« Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les débauchés, les magiciens, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est al seconde mort » Apocalypse 21 :8