mardi 30 septembre 2014

ENTRE DEUX COURANTS

Lecture biblique : Actes 27. 39-44
« Mais ils arrivèrent contre un banc de sable entre deux courants où le bateau resta pris. La partie avant du bateau était enfoncée dans le sable et ne pouvait pas bouger, tandis que la partie arrière était brisée par la violence des vagues. » (Actes 27. 41, Bible en français courant)

Toute vie et tout ministère doivent un jour endurer une terrible épreuve. Les tempêtes de l’existence poussent de nombreux navires vers des eaux périlleuses. J’ai vu de nombreux ministères qui avaient pris un bon départ grâce à mon onction se briser et sombrer à la suite de violentes tempêtes.
Quand le navire s’est heurté aux rochers, la partie avant (la proue) s’est enfoncée et a tenu bon, tandis que la partie arrière s’est fracassée.
Parfois, hélas, les dirigeants d’un ministère connaissent ma volonté et tiennent bon dans la tourmente, mais ceux qui sont à l’arrière (les simples membres ou les disciples) sont secoués par l’incrédulité et la rébellion.
Bien des fois, ton vaisseau se retrouvera pris entre deux courants. Ce sont des eaux dangereuses ! En pareille situation, de nombreux naufrages se produisent. Souviens-toi, mon enfant, que souvent, tu es prise entre deux courants qui partent dans des directions opposées. Ces courants s’opposent l’un à l’autre. Tout bateau pris au milieu court le risque d’être détruit, surtout si la tempête et le vent sont très violents.
Toi qui navigues sur la mer de la vie, tu ne peux pas toujours éviter ces zones à hauts risques ; ton brave petit esquif doit compter sur le Timonier pour te diriger sûrement parmi les dangereux bas-fonds et les récifs cachés. Si tu restes bloquée dans ces rochers à cause de ton obstination, ton bateau se brisera entre deux courants.
Tous ne comprennent pas et ne connaissent pas ma volonté. Laisse les autres faire ce qu’ils veulent. Toi, compte sur moi pour t’aider à conduire ton équipage de prisonniers consacrés, à travers les flots déchaînés, jusqu’au Port éternel.

                                                        Gwen Shaw

lundi 29 septembre 2014

NOURRIS-TOI, CAR C’EST NECESSAIRE A TON SALUT

Lecture biblique : Actes 27. 33-38
 « Je vous invite donc à prendre de la nourriture, car cela est nécessaire pour votre salut et aucun de vous ne perdra un cheveu de sa tête. » (Actes 27. 34)

Quand tu jeûnes, il vient toujours un temps où le Saint-Esprit t’invite à te nourrir. Tu éprouves un soulagement, un sentiment d’accomplissement, car tu as fait tout ton possible.
L’équipage du navire en détresse était toujours ballotté par les vagues en furie. Il faisait nuit noire, mais Paul savait qu’il avait prié avec ferveur et qu’il avait remporté la victoire, sans en voir le moindre signe. Il a donc annoncé : « Il est temps de manger. »
Tu n’es pas obligée de jeûner jusqu’à ce que tu voies la victoire, mais jusqu’à ce que tu sentes dans ton cœur que J’ai entendu tes prières.
Tous les cris qui montent vers moi depuis la terre doivent passer par divers tests :
1. Celui qui prie est-il sincère et droit ?
2. Demande-t-il ce qui vaut le mieux pour sa vie, ou existe-t-il une meilleure solution ?
3. Souhaite-t-il réellement que sa requête soit exaucée ?
4. Si Je réponds à sa prière, quel sera le résultat ?
5. Prie-t-il avec un autre motif caché qui produira un résultat négatif ?
Souviens-toi que Je ne vois pas les choses à ta façon. Je sais ce qui est le mieux. Et lorsque Je t’exauce, il se peut que tu tardes à voir la réponse, mais que tu aies la certitude intérieure qu’elle viendra. Par la foi, tu sais que tu es exaucée, et à ce moment-là, tu dois te nourrir, car ta vie sur terre est conçue de telle manière que l’alimentation est nécessaire à ta santé et à ta survie. Mange avec joie, sachant que J’ai entendu tes prières et que tout va bien.

                                                        Gwen Shaw

dimanche 28 septembre 2014

RESTE TRANQUILLE ET ATTENDS LA LUMIERE

Lecture biblique : Actes 27. 25-32
« Dans la crainte d'échouer sur des récifs, ils ont jeté quatre ancres à l’arrière du bateau et attendu le jour avec impatience. » (Actes 27. 29)

Parfois, tu ne peux qu’attendre et prier. Après avoir été ballotés pendant des semaines sur la mer déchaînée, sous un ciel assombri par la tempête, les matelots ont « senti » que la terre était toute proche. Ils ont jeté une sonde et se sont aperçus qu’ils s’approchaient rapidement d’une terre habitée. Mais ils savaient que s’ils s’échouaient sur les rochers en pleine nuit, ils ne survivraient pas.
Bien que Paul leur ait promis qu’ils auraient la vie sauve, ils ont sagement pris toutes les précautions nécessaires.
Ne tiens jamais rien pour acquis. Ne risque pas imprudemment ta vie parce que tu as l’impression que tu ne seras jamais tuée ni blessée.
Ne te crois pas à l’abri de toute maladie. Prends les précautions indispensables à ta survie, comme l’ont fait ces marins aguerris et sages.
Souviens-toi que bientôt, tu ne sauras pas où te tourner ni que faire. Quand tu ignores ce que tu deviendras plus tard, jette ton ancre et attends. Les marins ont jeté quatre ancres, une dans chaque direction. A certains moments de ta vie, tu n’oses aller ni devant, ni derrière, ni à droite, ni à gauche. Dans ce cas, ne cède pas à la tentation de faire une chose que tu regretteras ensuite. Reste tranquille et observe le salut de ton Dieu.
Je suis avec toi dans l’obscurité. Tiens bon, prie, attends, écoute, sonde les profondeurs. Jette ton ancre et prie pour que l’aube se lève, afin que tu puisses voir dans quelle direction aller. Ne laisse ni tes amis ni tes adversaires t’obliger à faire le moindre pas, car sans direction, tu t’échoueras sur les rochers et tu te perdras. Attends, mon enfant, attends !
                                                        Gwen Shaw


samedi 27 septembre 2014

TOUS CEUX QUI NAVIGUENT AVEC TOI

Lecture biblique : Actes 27. 1-24
« Paul, n’aie pas peur ! Il faut que tu comparaisses devant l'empereur, et voici que Dieu t'accorde la vie de tous ceux qui naviguent avec toi. » (Actes 27. 24)

La vie ressemble à un voyage sur l’océan. J’ai accru ta capacité à aimer et à partager ma bonté envers toi avec les autres. Tu as agrandi ton bateau pour qu’il corresponde à la taille de ton cœur, de ton amour et de ta vision.
Certains ont quitté ton navire dans l’un des ports où tu as fait escale et ne sont plus avec toi aujourd’hui, mais tu peux les réclamer. Tu peux collaborer avec Dieu pour qu’il te donne toutes les âmes qui ont voyagé avec toi. J’aurais pu me contenter de sauver Paul. Certains de ses compagnons de voyage ne méritaient pas de l’être. Le patron du bateau n’avait pas cru en ses paroles et l’officier avait choisi de ne pas tenir compte de ses avertissements (v. 11). Mais Paul a intercédé avec ferveur pour que Je sauve la vie de tous ceux avec qui il naviguait, et J’ai envoyé mon ange lui dire que J’avais entendu ses supplications et que Je sauverais tout le monde.
Tu peux, toi aussi, réclamer tous ceux qui naviguent avec toi. Quand tu pars en voyage, demande-moi de préserver la vie de tous les passagers, que tu sois en bateau, en avion ou en voiture. Tu peux le faire, tout comme Paul.
Tu peux aussi réclamer le salut de tous tes proches. Implore-moi de sauver l’âme de tous les membres de ta famille qui « naviguent avec toi » sur la mer de la vie. Avec moi, rien n’est impossible. Je ferai en sorte de conduire tous ceux que tu aimes au port de repos, y compris ceux qui ne croient pas en moi et qui ont choisi de désobéir aux avertissements que tu leur as lancés.  « Voici que Dieu t'accorde la vie de tous ceux qui naviguent avec toi ! »

                                                        Gwen Shaw

vendredi 26 septembre 2014

NE PAS RESISTER A LA VISION CELESTE

Lecture biblique : Actes 26. 1-32
 « C’est pourquoi, roi Agrippa, je n'ai pas résisté à la vision céleste. » (Actes 26. 19)

Quelle glorieuse victoire d’être capable d’attester, après m’avoir servi pendant des années, qu’on n’a pas désobéi à la vision céleste !
Tout véritable appel au ministère est basé sur une vision céleste. Certaines visions sont plus claires que d’autres. Il est rare que Je me révèle à quelqu’un comme Je l’ai fait pour Paul sur le chemin de Damas, en resplendissant sur lui avec un éclat supérieur à celui du soleil en plein midi. Souvent, Je n’adresse mon appel céleste et ma vision qu’à l’esprit des hommes, mais même sous cette forme, il est tout aussi réel et important.
Tu as reçu une vision céleste pour ces derniers jours. Le Père veut toucher ton cœur de sa vision céleste et répandre puissamment cette vision. Accepte ce qu’il veut faire.
En vérité, mon enfant, Je suis la lumière du monde, et Je veux que ma lumière et ma gloire brillent sur le monde par ta vie.
Chaque authentique vision du ciel s’accompagne de ma lumière qui illumine l’esprit des hommes. J’éclaire ton esprit et ton corps  de la gloire de cette lumière de révélation céleste, non seulement provisoirement, mais en permanence. Cette lumière demeurera en toi tous les jours de ta vie tant que tu continueras à obéir à la vision céleste. Mais dans le cas contraire, cette lumière s’affaiblira dans ton esprit et les ténèbres gagneront du terrain dans ta vie.
Ne cesse jamais d’obéir à la vision céleste que Je t’ai donnée. Ne crains pas de faire tout ce que Je te demande. C’est par la puissance de ta vision que tout deviendra réalité. Ta vision pourra concrétiser tout ce que tu vois en Esprit.

                                                        Gwen Shaw

jeudi 25 septembre 2014

« PERSONNE N’A LE DROIT DE ME LIVRER A EUX »

Lecture biblique : Actes 25. 1-27
« Si j'ai commis une injustice ou un crime digne de mort, je ne refuse pas de mourir, mais si leurs accusations contre moi sont fausses, personne n'a le droit de me livrer à eux. J'en appelle à l'empereur. » (Actes 25. 11)

Parfois, tu dois défendre ton droit de vivre. Tu n’es pas obligée de te soumettre volontairement à la mort. La vie est le plus précieux don que tu aies. Chéris-en chaque moment.
Tous les jours, tu te heurtes à un ennemi nommé « l’ange de la mort » : il a pour but d’abréger la durée de vie des êtres humains. Tu peux te soumettre à lui ou lui échapper. Certains se sont tirés de ses griffes bien des fois, tout simplement en obéissant aux avertissements que Je leur avais donnés par des rêves ou des prémonitions, ou parce qu’ils avaient lutté dans la prière en implorant la protection de mon précieux sang, ou encore parce qu’ils avaient refusé intérieurement de mourir avant que leur travail soit achevé.
Paul n’avait pas encore « terminé sa course », et il en était convaincu ; il a donc lutté pour rester en vie. Il savait que s’il se rendait à Jérusalem, il serait tué par ses perfides ennemis religieux qui le détestaient farouchement, parce qu’il prêchait le pur Evangile et qu’il avait amené des quantités de personnes à croire en moi.
Paul savait aussi quelle direction emprunter, car à Jérusalem, Je lui avais dit : « Il faut aussi que tu rendes témoignage à Rome. » (Actes 23. 11)
Si tu as la conviction que ton travail est inachevé et que Je t’ai prescrit de faire quelque chose, tu dois rester ferme jusqu’à ce que ta mission soit terminée. Ne laisse pas ta lampe s’éteindre tant que ta dernière lettre ne sera pas écrite, ton dernier message prêché, ta dernière nation visitée.
                                                        Gwen Shaw


mercredi 24 septembre 2014

UN CHEF DE LA SECTE DES NAZAREENS

Lecture biblique : Actes 24. 1-27
 « Nous avons découvert que cet homme est une peste ; il provoque des révoltes parmi tous les Juifs du monde. C'est un chef de la secte des Nazaréens … » (Actes 24. 5)

On a dit de moi aussi que j’étais un Nazaréen. En fait, c’était un accomplissement de la parole qui me concernait : « Il sera appelé nazaréen. » (Matthieu 2. 23). J’ai été nommé nazaréen pour trois raisons.
1. J’ai grandi à Nazareth, et J’ai donc été identifié avec la ville où J’ai passé ma jeunesse.
2. Le mot Nazaréen signifie : « branche verdoyante, mis à part, consacré à Jéhovah, prince ». Le même mot en hébreu est utilisé dans Genèse 49. 26 (le prince consacré de ses frères) et dans Nombres 6. 2 (le vœu de naziréat). Paul a donc reçu ce titre parce qu’il était mon disciple consacré et mon serviteur.
3. Dans Zacharie 6. 12, le prophète m’a appelé « Germe ». Toi aussi, tu es un germe, une branche vivante et verdoyante, parce que tu as été greffée sur mon tronc. Tu as été consacrée, séparée de la foule des gens que tu nommes frères et sœurs.
Paul était accusé d’être un fauteur de troubles et un chef de file. Tous ceux qui exercent des responsabilités doivent préparer leurs cœurs à être pris pour cibles et à souffrir d’une opposition plus intense que les autres.
Ils l’ont nommé une secte. Oh ! combien Je déteste entendre les gens prétendre que tu appartiens à une secte ! Tout ce qui n’est pas conventionnel est taxé de « sectaire ». Or, ce mot a de fortes vibrations négatives. Mais ne crains rien : tu appartiens à une grande foule de nobles princes et de vaillants guerriers qui ont tous été accusés d’appartenir à ce que le monde religieux qualifie de « secte » ou d’en promouvoir une. J’ai moi-même fondé la « secte » des Nazaréens. Paul était un chef de file, et si tu m’es pleinement consacrée, comme une branche verdoyante, séparée de tes frères et sœurs, tu deviendras toi aussi une dirigeante comme Paul. Et cela fera de toi une princesse !

                                                        Gwen Shaw

mardi 23 septembre 2014

« IL FAUT AUSSI QUE TU RENDES TEMOIGNAGE A ROME »

Lecture biblique : Actes 23. 1-35
« La nuit suivante, le Seigneur apparut à Paul et dit : Prends courage, [Paul]: de même que tu as rendu témoignage de ce qui me concerne à Jérusalem, il faut aussi que tu rendes témoignage à Rome. » (Actes 23. 11)

Je l’ai dit et Je l’ai fait. Si tu me consacres totalement ton existence, aucune personne et aucun démon ne pourra m’empêcher d’accomplir mon plan pour ta vie.
Des vents impétueux peuvent balayer tes projets, mais mes plans sont différents. C’est pour cela que ta vie doit m’être totalement et complètement soumise. Si tu m’es pleinement consacrée, J’accomplirai toute ma volonté dans ta vie.
La haine contre Paul était telle que quarante hommes ont décidé de jeûner, sans rien manger ni boire, jusqu’à ce qu’il soit tué. Ils avaient des amis haut-placés, puissants et influents qui pouvaient les aider à faire tuer Paul. Ils ont caché soigneusement leurs projets, mais Je savais ce qu’ils mijotaient.
Lorsque les gens et les démons font des plans contre toi, Je sais ce qu’ils complotent et comment déjouer leurs complots. J’ai rendu visite personnellement à Paul et Je lui ai annoncé qu’il rendrait témoignage de moi à Rome, de même qu’il l’avait déjà fait à Jérusalem. Il avait fidèlement et courageusement témoigné devant la populace en colère ainsi que devant le sanhédrin ulcéré. Il avait détourné la fureur qu’ils éprouvaient contre lui en l’orientant de telle façon qu’ils s’étaient tournés les uns contre les autres, les saduccéens contre les pharisiens, et réciproquement. Ainsi, il avait eu provisoirement la vie sauve. Je lui ai accordé la sagesse nécessaire. Je t’en donnerai également contre tes adversaires, et J’accomplirai ma volonté au travers de ta vie.

                                                        Gwen Shaw

lundi 22 septembre 2014

C’EST AVEC BEAUCOUP D’ARGENT QUE J’AI ACQUIS CE DROIT

Lecture biblique : Actes 22. 22-30
« Le commandant reprit : C'est avec beaucoup d'argent que j'ai acquis ce droit de citoyen. » (Actes 22. 28a)

La liberté est le plus grand trésor que tu puisses avoir ici-bas. Il y a de nombreuses sortes de liberté :
1. La liberté d’habitudes coupables. Beaucoup croient être libres, mais sont liés par des habitudes qui contrôlent leurs pensées et leurs actes. Même si tu as une grande force physique ou morale, les chaînes de tes mauvaises habitudes t’entravent. Tant que tu es contrainte de satisfaire tes pulsions intérieures irrésistibles, tu n’es pas libre.
2. La liberté de la dépression, de la critique, des plaintes, etc… Beaucoup semblent mener une vie droite, mais sont minés intérieurement par leurs pensées et leurs paroles négatives. Il s’agit bien d’un redoutable lien qui assombrit toute leur vie et (s’il s’agit de leurs paroles) celle des autres.
3. La liberté de relations néfastes. Beaucoup souffrent terriblement d’un mauvais mariage ou de mauvaises relations. Ils subissent des épreuves inouïes parce qu’ils se sentent redevables envers quelqu’un d’autre. Mais s’ils voulaient s’en affranchir, Je pourrais les délivrer de ces chaînes asservissantes.
4. La liberté de tout désir, quel qu’il soit. En moi, tu peux trouver tout ce dont tu as besoin. C’est moi qui pourvois à tout. Si tu fixes les regards sur moi seul, Je ferai pour toi des choses si grandes et d’une telle puissance que cela dépassera ton entendement et ta compréhension. Tu n’es pas obligée de vivre comme une mendiante. Réjouis-toi en moi : si tu te réjouis et que tu es reconnaissante envers moi pour ce que J’ai fait, J’accomplirai des prodiges en ta faveur. Tu es libre parce que J’ai acquis cette liberté pour toi. Cela m’a coûté tout ce que J’avais, et pour l’acquérir, tu devras aussi payer le prix fort. Aie soin de ne pas te laisser à nouveau prendre au piège.

         J’ai payé très cher pour te libérer
         De tout ce qui risque de détruire ton âme ;
         Si tu acceptes de ne regarder qu’à moi
         Je comblerai tous tes besoins et te rétablirai.

                                                        Gwen Shaw

dimanche 21 septembre 2014

« VAS-Y, CAR JE T’ENVERRAI AU LOIN »

Lecture biblique : Actes 22. 1-21
« Alors le Seigneur m’a dit : Vas-y, car je t'enverrai au loin vers les non-Juifs. » (Actes 22. 21)

Sans aucun doute, tu mèneras une vie plus efficace et tu rendras un témoignage plus puissant parmi les étrangers que chez toi, parmi les tiens.
Paul était connu dans tout Jérusalem. Il affirmait que le grand-prêtre et tous les anciens de Jérusalem pouvaient dire qui il était. (Actes 22. 5) Mais quand il a cherché à leur rendre témoignage de sa conversion, ils n’ont rien voulu savoir (v. 18). Aussi, pendant qu’il priait et cherchait ma face, Je lui ai dit : « Dépêche-toi, sors rapidement de Jérusalem. »
Ne te rends jamais coupable de ne pas honorer les oints du Seigneur que Je t’envoie. Tant de personnes méprisent, rejettent et regardent de haut leurs proches ! Bien connaître les autres peut provoquer le mépris, parce que souvent, Je dois séparer les membres des familles avant de les employer. C’est la triste réalité. Les parents voient toujours leurs enfants comme tels, et non comme mes vases que J’ai oints, et de leur côté, les enfants ne réalisent pas que leurs parents peuvent être les instruments que J’ai choisis : pour eux, il s’agit juste de leur père et de leur mère.
Tant que tu resteras où tu es, Je ne pourrai pas me servir pleinement de toi. Il faut que Je t’envoie au loin, vers des étrangers. Là, on te considérera comme ma servante ointe. On t’honorera, on te respectera et tu pourras amener beaucoup d’âmes à la justice.
Ne te force pas à rester là où tu n’es ni acceptée, ni respectée. Lève-toi et pars au loin. Là, Je t’emploierai et Je te rendrai de grands honneurs.

                                                        Gwen Shaw